AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You Just Don't Know It

Aller en bas 
AuteurMessage
Lance D. Ainsworth
Je m'intègre, je m'intègre. Les habitants de New Heaven ne sont donc pas insociables !
avatar

Féminin Nombre de messages : 196
Age : 28
Emploi/loisirs : Professeur d'Art Dramatique
Date d'inscription : 03/09/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
80/100  (80/100)

MessageSujet: You Just Don't Know It   Dim 14 Sep - 20:24

    You Just Don't Know It
    Lance Ainsworth & Inès Lowell




    Lancelot Derek Ainsworth était sans conteste possible le professeur le plus apprécier de l’école privé de New Heaven, mais aussi celui sur lequel le corps enseignant et les élèves de sexe féminin fantasmaient le plus. Il faut dire que passer le fameux cap de la quarantaine n’avait fait que rendre Lance plus séduisant ou comme le disait ses élèves, plus « sexy », ses cheveux poivres et sels plutôt que de jouer leur habituel rôle répulsif sur les femmes n’avait fait que renforcer son sex appeal et ce n’était pas sa femme Sidney qui aurait contredit ses dames sur ce point. Jamais les cours d’art dramatique n’avaient été si fréquentés, au point qu’il arrivait à présent à Lance de donné certain de ses cours aux premières années en nocturne de dix huit heure à vingt heures afin de pouvoir se ménager une petite pose pour boire et manger que tout être normalement constitué il avait besoin d’une pose de temps en temps, même si l’école aurait préféré qu’il s’en passe. C’était le cas ce soir là, il donnait un cours en nocturne aux premières années il donnait des cours à sa classe préférée, voila pourquoi l’ambiance du cours était si bonne enfant, Lance les observait depuis le hublot de la porte de la salle. En tant que professeur Lance n’aurait NORMALEMENT pas du avoir de préférence pour l’une de ses classes mais Lance n’était pas homme a respecté les conventions ou les règles, pour autant il n’affichait sa préférence que lors de ses cours nocturnes, alors que l’école était vide de toute autre présence que celle de sa classe.

    Lance avait reprit le travail depuis un mois pourtant rien dans son attitude ne laissait penser que cinq mois plutôt il avait perdu un fils et prit une balle dans le bras après qu’une fusillade ait éclatée le jour de son mariage. Lance n’avait en rien changé physiquement tout du moins, car mentalement c’était une autre histoire, tous dans l’établissement connaissait le drame ou l’avait apprit dès leur premier jour, pourtant personne n’avait encore mentionné l’accident devant le professeur d’art dramatique, redoutant la réaction de cet homme si calme, trop calme peut être ?

    Mais ce cours était différent des autres pour Lance, aujourd’hui ses fils, non SON fils avait 27 ans, et il aurait tout fait pour oublier que l’un de ses fils ne les aurait jamais. Aussi ce cours décida t-il que ce cours devait le distraire et lui faire oublier un peu ce jour. Lorsqu’il pénétra dans le théâtre le brouhaha cessa aussitôt, Lance ne pu s’empêcher de sourire deux fossettes se dessinèrent sur ses joues, faisant fondre certains de ses élèves. Lance avait toujours eut conscience du pouvoir qu’il avait sur les femmes, mais en devenant professeur il s’était aperçut que son charme agissait également sur les plus jeunes , « Mr Charmant » ou « Professeur Mamour » était devenu les surnoms qu’employaient les élèves pour le designer entre eux, ah le pouvoir d’un sourire ! Mais il était un homme amoureux et qui aimait les femmes mures telle que sa merveilleuse petite femme, Sidney, la femme de sa vie, nombreuse avaient été celle qui aurait aimé la tuée lorsque Lance l’avait demandé en mariage. Lance s’installa sur le rebord de la haute scène du théâtre, il toisa sa classe quelques minutes, il ne prit pas la peine de faire l’appel, il savait par instinct qu’ils étaient tous là.


    « Aujourd’hui est un jour particulier, en me levant ce matin je me suis dit « J’enseigne à des élèves qui ne me connaissent même pas en tant qu’acteur », et oui je n’ai pas vraiment fait ma carrière ici, sauf pour cette pièce que vous devez connaître, j’ai passé la majeur partit de mes belles années à Londres, alors ce soir je vous donne carte blanche pour me tester sur mes talents de comédien ! se serra un bon exercice pour vous, les défis que vous me lancerez pourrait très bien vous être lancés lors d’un casting ! »

    Durant une heure il releva les défis scéniques des plus ridicules au plus dramatiques. Et puis un élève oui posa un défi à la hauteur de ses attentes, enfin un élève avec un peu de ressource pensa t-il.

    « Interprétez nous un homme apprenant par une ancienne conquête qu’il a une fille ou un fils, ou alors un homme se faisait abordé par une parfaite inconnue qui lui annonce qu’elle est sa fille ! »
    « Scénario intéressant Casey mais qui ne risque pas de m’arriver de si tôt ! »
    Il sourit à son élève « je préfère cependant la deuxième version, sans vouloir vous vexez mesdemoiselles vous être toutes trop jeune pour avoir été une de mes ex, sauf si bien sur je voulais être accusée de détournement de mineur, ce qui n’est pas le cas ! » Il y eut quelques rires jaunes de la part de ses jeunes filles « J’aurais besoin d’une fille ! Une volontaire ? » Demanda t-il, aussitôt toutes les mains se levèrent, toute sauf celle d’Inès Lowell, Lance sourit, il avait sa volontaire ! « Tiens Inès tu as l’air si enthousiaste que j’accepte avec plaisir ta candidature, grimpe sur scène ! »

_________________

* Revelation Tonight }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://south-of-heaven.jdrforum.com
Inès L. Lowell
{ Nouvel arrivant, une visite de New Heaven ?
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 27
Date d'inscription : 06/09/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
82/100  (82/100)

MessageSujet: Re: You Just Don't Know It   Lun 15 Sep - 22:29


    "Wow... Me ? Really ?"


    Inès, petite étudiante tout ce qu’il y a de plus banale... Oh ! Vraiment ? Il ne faut pas parler trop vite voyons ! Ce n’est qu’en apparence tout ça. Certes, la brunette pouvait se montrer plutôt posée, appliquée, et discrète, mais ce n’était qu’une jolie façade qu’elle avait bâtie autour de sa réelle personnalité, comme une sorte de petit bouclier, stoppant certains regards s’avérant parfois être trop direct. Juger autrui est devenu si facile et commun de nos jours, que les gens ne font même plus attention à leur attitude. Ce n’est pas rare que l’on vous regarde différemment du reste du monde, à cause d’une légère différence, d’un petit plus à vos yeux que les autres pensent être un moins… Inès connaissait bien ça. D’une part pour son petit brin de folie, cette petite étincelle qui pouvait plaire à certains, comme en agacer d’autres. Tous les goûts sont dans la nature certes, on ne peut pas plaire à tout le monde, mais d’après la jeune Lowell, ce n’est pas parce que l’on n’aime pas que l’on peut se permettre de juger et de se croire au-dessus de tout le monde. Qui sommes-nous pour nous critiquer les uns les autres ? Personne.

    Jolie façon de penser, n’est-ce pas ? C’était sa façon d’être. Tant qu’on ne lui faisait pas de mal, elle n’avait aucune raison de sortir les griffes, d’où cette philosophie très pacifique. Et c’est ainsi qu’elle menait sa petite vie, son petit quotidien. Ce soir, elle se rendait à son cours de théâtre, avec cette même envie qui l’habitait à chaque fois. Elle était passionnée par la comédie et le jeu, mais ce qui rendait ce cours si attrayant, et si apprécié, c’était en partie, si ce n’est même plus, à cause du professeur. Non, je vous arrête tout de suite… Inès n’était pas comme toutes ces élèves qui fantasmaient sur Mr. Ainsworth. Oh non ! Jamais elle ne pourrait en arriver là ! C’était trop… Yeurk !

    Des explications sont de rigueur, il me semble… Inès n’était pas comme ces filles, non pas pour se démarquer une nouvelle fois, en montrant qu’elle ne réagissait pas comme tout le monde et n’avait pas les même goûts en ce qui concerne la gent masculine ; mais simplement car c’était tout simplement impossible. Les raisons ? Et bien… Si Inès avait été comme tout le monde, si elle avait eu une enfance semblable à celles de ses camarades de classe, elle aurait sans doutes appelé Lance Ainsworth : Papa. Qui lu cru ?! La jeune Lowell était la fille du professeur. Bien évidemment, personne ne le savait et elle se gardait bien de le faire savoir. Inutile à présent de préciser qu’elle était venue étudier ici à cause de cette nouvelle. N’étant pas demeurée, elle avait toujours su qu’elle avait un père, quelque part… Un inconnu de passage dans la vie de sa mère… Mais cette dernière s’était finalement décidée d’en parler avec Inès, voyant que la miss souffrait de cette absence.

    C’est donc avec le sourire qu’elle se rendait à ce cours, comme elle en avait l’habitude. Elle avait comme l’impression de découvrir le personnage haut en couleur que semblait être son père. Il se montrait toujours très agréable, souriant… Elle se demandait même comment il faisait. Car les informations circulent vite au sein d’un tel établissement. Bien évidemment Inès avait appris ce qui s’était passé dans la vie de Lance ; qu’elle avait perdu un demi-frère dans une fusillade, avant même d’avoir pu faire sa connaissance. Cela l’avait attristée, en toute honnêteté. Ca fait toujours un choc, non ? Et puis c’était une petite sensible aussi… Donc forcément…

    Elle était installée à sa place habituelle, griffonnant quelques dessins sur une page blanche de son bloc note, tout en bavardant avec deux de ses amies. Il y avait du brouhaha, mais ce dernier cessa dès l’entrée du professeur dans la salle. Un léger sourire se dessina sur les fines lèvres de la miss Lowell, toujours aussi contente d’apercevoir celui qui était son père, et cela sans le savoir ! Le cours commença bien vite, Mr. Ainsworth annonçant qu’il avait envie de montrer ses talents de comédien. C’est vrai qu’Inès n’avait jamais eu le plaisir de le voir en action. Il releva toute sorte de défis, durant un petit peu plus d’une heure, jusqu’à ce que Casey, un élève très investit dans ces cours, proposa un scénario au professeur. Inès ne pu s’empêcher d’ouvrir de grands yeux étonnés. Bien sûre elle changea immédiatement d’attitude, retrouvant un air des plus normal, bien qu’elle sentait son cœur battre bien plus vite que d’habitude. Une petite montée d’adrénaline… Mais elle s’était rassurée, en se répétant que personne ne le savait. Lance accepta la seconde idée, la trouvant plus simple peut-être, ou du moins plus cohérente. Il demanda l’aide d’une volontaire, afin de lui donner la réplique. Toutes sans exception levèrent la main. Toutes ? Non… Inès se faisait discrète. Le faire était quelque chose de bien trop difficile pour elle. Impossible de jouer quelque chose qui était pourtant bien réelle pour elle. Et puis au fond d’elle-même, elle redoutait la réaction qu’allait montrer Lance. Si cette dernière se montrait négative, cela serait déjà assez dur pour elle, inutile de se retrouver en face de lui et de fondre en larme ! Mais garder le silence fut une mauvaise idée, car il l’avait davantage remarqué. Oh, et il lui demandait de venir.


    « Moi ? » -demanda-t-elle, en se désignant du doigt.

    *Oh non…*

    Elle se leva, hésitante. A vrai dire elle était complètement pétrifiée à l’idée de lui donner la réplique.

    « Je ne serais pas à la hauteur… Prenez quelqu’un d’autre, je vous assure… »

    Les autres élèves la fixait. Elle sentait tous ces regards sur elle, et ne se sentait pas à son aise. Pourquoi avait-elle l'impression que toutes les demoiselles de ce cours auraient pu la tuer d'un simple regard si elles avaient eu des revolvers à la place des yeux ? C'était vraiment une sensation que la miss détestait, alors qu'elle était loin d'être timide. Se retrouver en face de son père, c'est une drôle de sensation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance D. Ainsworth
Je m'intègre, je m'intègre. Les habitants de New Heaven ne sont donc pas insociables !
avatar

Féminin Nombre de messages : 196
Age : 28
Emploi/loisirs : Professeur d'Art Dramatique
Date d'inscription : 03/09/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: You Just Don't Know It   Mar 16 Sep - 18:05

    Lance Ainsworth avait été un coureur de jupon depuis l’âge de vingt ans, enfin plutôt depuis l’âge de vingt cinq ans, il avait trois enfants à élever dont deux jumeaux à l’époque, et la douleur ressentit après le départ de Lily Rose était encore trop cuisante pour qu’il envisage des relations sérieuses avec une ou des femmes. Il avait été père à l’âge de seize ans, la première fois qu’il avait fait l’amour il avait mis sa petite amie enceinte, comprenez que devenir père avait été la plus belle chose qui lui soit arrivé dans la vie, mais il avait seize ans, il n’avait pas eut d’adolescence, tout de suite sa vie était devenu stable, avec une seule fille dans son cœur et des enfants à nourrir. Il n’avait pas eut de première cuite, de relations sexuelle avec d’autre fille, non il était devenu père et en devenant père il avait fait une croix sur toutes ses expériences. Mais il en était heureux.

    Lorsque Lily Rose le quitta à Londres, abandonnant ses enfants, Lance décida de prendre la seule solution possible, rentré à New Heaven chez ses parents. Et il lui fallut du temps avant de se remettre de cette rupture, de cette perte, il avait dix huit ans à l’époque, et il n’avait commencé à ressortir avec des femmes que sept ans plus tard, alors que Liberty avait huit ans et les Jumeaux onze. Mais quand je dis sortir, coucher aurait été plus exact, aucune de ses femmes ne passaient dans ses bras plus d’une nuit, il sortait tôt et rentrait avant minuit, abandonnant a chaque fois les femmes avec qui il avait fait l’amour une fois qu’elle était endormit. Salopard ? Non pas vraiment, Lance savait qu’aucune de ses femmes ne pourraient être une mère pour ses enfants, que personne ne remplacerait Lily Rose dans son cœur et dans le cœur de sa progéniture. Lance se rappelait de chacune de ses femmes, de leur prénom surtout, parce qu’elle avait eut une place dans sa vie, même le temps d’une nuit, il avait beaucoup de respect pour elles.

    Neela Lowell avait été une de ses femmes dans la vie de Lancelot Derek Ainsworth, une femme d’un soir, mais quelle femme. Lance se souvenait encore de leur rencontre, à l’époque il n’était plus comédien et encore moins professeur, il se contentait de donner un coup de main (bien payé néanmoins) en tant que metteur en scène, les répétitions de la pièce l’avait forcé à passé une semaine à New York, ses enfants lui manquaient, c’était la première fois qu’il les quittaient.

    Dix neuf ans plus tôt, New York

    Lance salua une dernière fois les comédiens avant de quitter le théâtre, l’air froid de l’hiver le saisit à la gorge à peine eut il ouvert la lourde porte de la salle de spectacle, dieu merci il avait pensé pour une fois à prendre une écharpe et des gants. Il consulta pour la énième fois son portable, pas d’appel. Il soupira et composa un numéro familier après avoir calculer quel heure il était à New Heaven.

    « Résidence Ainsworth ! »
    « Bonsoir Alfred, c’est Lance, ma mère est elle disponible ? »
    Ah les façons de parler dans la bourgeoisie, Lance détestait ça. Il y eut un clic au bout de la ligne.
    « Lancelot ? » La voix de sa mère.
    « Bonsoir Mère, comment allez vous aujourd’hui ? » Vouvoyez sa mère on aurait tout vu. « J’aurais souhaiter parlé aux enfants ! »
    « Bien très bien, quoi que légèrement fatigué, nos petits enfants sont tellement pleins d’énergie »
    Elle sembla attendrie quelques minutes. « Mais la Nurse nous débarrasse d’eux pour quelques heures » Mais se reprit bien vite. Dieu que ses parents et lui étaient différents.
    « Ok… Je rappelerais dans quelques heures alors… Bonne fin de journée Maman. » Et il raccrocha, le Maman avait été prononcé exprès, oui il aimait faire voir à sa mère que leur famille n’était en rien conventionnelle, mais qu’elle aurait pu faire des efforts.

    Lance avait encore deux heures à tuer avant de pouvoir téléphoner à nouveau chez lui pour avoir ses enfants au bout du téléphone et non pas la Reine mère Ainsworth, aussi décida t-il d’aller se mettre au chaud dans un bar avant de mourir congelé et d’y boire un verre. Il s’assit au comptoir et commanda une bière à la barmaid accompagnant le tout d’un de ses sourires ravageur. La jeune femme lui servit son verre et avec un clin d’œil annonça qu’il était pour la maison.

    « La place est libre ? » Demanda une jeune femme sur sa droite, Lance releva les yeux en acquiescant, a nouveau son sourire se forma sur ses lèvres, la jeune femme le lui rendit, Lance sourit un peu plus.

    Contrairement à ce qu’il avait prévu Lance n’appela pas chez lui deux heures plus tard, deux heures plus tard il embrassait passionnément cette jolie brune dans une ruelle attenante, oubliant brusquement qu’il faisait froid, trois heures plus tard il poussait la jeune femme sur un lit d’une chambre d’hôtel et se penchait au dessus d’elle pour continuer de la déshabiller tandis que sa bouche jouait avec celle de sa compagne. Il se redressa légèrement pour ôter son jean et celui de sa compagne, mais avant cela il sortit un préservatif de sa poche arrière, la jeune femme le regarda avec sourire entendu et l’attira à lui.

    « Je prends la pilule, pas besoin de ça. » Elle l’attira plus près, tout contre elle et Lance acquiesça, il ne s’encombrerait pas d’un préservatif vu qu’elle prenait la pilule. Ne lui jeter pas la pierre, a l’époque le SIDA et les MST n’étaient pas choses courantes, et Lance avait toujours été une bonne poire, il avait une croyance absolue en l’humanité.

    Lorsqu’elle se réveilla le lendemain matin, Lance s’était évaporé, il avait laissé un petit mot sur l’oreiller qu’il avait occupé une partie de la nuit, payer la chambre d’hôtel et il était partit, comme toujours. Jamais plus il n’entendit parler de Neela Lowell, tout comme elle ne le revit plus. Mais une nuit avec Neela avait fait de Lance pour la quatrième fois un père, un père qui ne connaîtrait jamais l’existence de son enfant, enfin jusqu'à aujourd’hui.

    Lance attendait qu’Inès monte sur scène les bras croisés sur la poitrine, la jeune fille se leva, mais semblait rechigner à l’exercice, chose qui surpris Lance, elle s’était toujours montré très enthousiaste à l’idée de jouer ses deux derniers mois. Mais là elle manquait tout simplement de confiance en elle, Lance fronça les sourcils « prenez quelqu’un d’autre », était ce l’idée de jouer avec lui qui la rendait si nerveuse ? Il sauta de scène souplement et se dirigea vers elle, une fois près d’elle il la poussa vers la scène en souriant.

    « Prendre quelqu’un d’autre ! On aura tout vu tiens ! Monte sur scène jeune fille avant que la colère paternel ne se déverse sur toi » Ajouta t-il amusé, il grimpa sur scène à son tour et la regarda un long moment dans les yeux avant de murmuré rien que pour elle. « Je ne mange personne ! Aller Inès ! Joue ma fille et je te laisserais frapper Casey derrière la tête ! » Ah Lance et sa manière si déconcertante de mettre les gens a l’aise.

_________________

* Revelation Tonight }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://south-of-heaven.jdrforum.com
Lance D. Ainsworth
Je m'intègre, je m'intègre. Les habitants de New Heaven ne sont donc pas insociables !
avatar

Féminin Nombre de messages : 196
Age : 28
Emploi/loisirs : Professeur d'Art Dramatique
Date d'inscription : 03/09/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: You Just Don't Know It   Jeu 25 Sep - 18:47

[Nous nous sommes mises d’accord pour que je n’ai pas a retapé mon post dans son intégralité et qu’Inès ne retape pas le sien, je vous remet juste la fin de mon dernier post, enfin ce qui me reste de la fin à l’esprit. Petit rappel pour les possibles lecteurs dans le post d’Inès, elle acceptait enfin de monté sur scène avec son père, attendant qu’il commence plein de doute, redoutant sa réaction, ayant peur de savoir comment il réagirait en pareil situation. Attendant qu’il commence. C’est là que je reprends mon post]





    Lance ferma les yeux et se plongea dans le personnage, s’imprégnant de la situation que lui avait donné son élève à interprété. Comment aurait il réagit à la place de cet homme qui apprenait brusquement que durant une vingtaine d’année il avait été privé d’un de ses enfants, il se demanda comment il réagirait si brusquement son univers ordonné et équilibré était forcé de volé en éclat devant cette réalité, il avait un enfant dont l’existence lui avait été caché. Il se demanda ce qu’il aurait ressenti si Lily était partit enceinte sans lui faire part de sa paternité, si les jumeaux étaient revenus dans sa vie vingt ans après que Lily Rose lui ait brisé le cœur en s’en allant sans un mot. Comment aurait il réagit. Il se tourna dos à Inès et fit deux pas pour s’éloigner d’elle, il savait comme il aurait réagit si cela lui était arrivé. Sa voix était plus grave, plus rauque lorsqu’il reprit la parole, les yeux fixés sur ses chaussures, les épaules voûtées, les mains dans les poches. Il ne la regardait pas, lui tournant résolument le dos comme pour fuir une situation trop blessante, une réalité trop difficile à admettre.

    « Tu dit que… Pardon ? Tu… Tu dis que je suis… » Sa voix était blanche, hachée par des tremblements, ses lèvres bougeaient, tremblaient toutes seules alors qu’il essayait d’encaisser l’information qu’il venait de recevoir.
    « Ta fille. Je suis désolée de te l’annoncer ainsi… Entre deux portes… Je n’avais pas prévue de te le dire comme ça… C’est juste… C’est juste sorti sans que je ne le prévoie. Je suis désolée… Papa ? » Elle avait finit par l’appelé finalement, la voix d’Inès tremblait elle aussi, elle n’était pas sure d’elle, elle avait peur de sa réaction, non pour être plus exact elle interprétait à la perfection le comportement de son personnage.
    « Ne m’appel pas Papa ! » Sa voix était grondante, presque agressive. Lorsqu’il se retourna, son visage avait totalement changée, tordue par la colère, la peur, le doute d’admettre que peut être il pouvait avoir du vraie dans ce que venait de dire « TU MENS JE N’AI PAS DE FILLE TU ENTENDS ! PAS DE FILLE ! JE N’EN AURAIS JAMAIS ! TU MENS ! » Il avait soudainement hurlé, faisant sursauté la moitié pour ne pas dire la totalité de ses élèves qui les observaient, Inès aussi sursauta, son visage devient blême. Lance se dit que peut être il devrait se concentrer sur elle dans les semaines à venir, elle était de loin la meilleure élève de son cours. Il sourit intérieurement, dieu que cela faisait du bien de jouer à nouveau.

    Malheureusement pour lui Lance ignorait que ces mots ne pouvaient faire qu’une chose, blessé sa fille, parce que c’était ce qu’Inès était, sa fille, et le talent qu’elle avait, il coulait dans ses veines à lui aussi.

_________________

* Revelation Tonight }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://south-of-heaven.jdrforum.com
Inès L. Lowell
{ Nouvel arrivant, une visite de New Heaven ?
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 27
Date d'inscription : 06/09/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
82/100  (82/100)

MessageSujet: Re: You Just Don't Know It   Sam 27 Sep - 12:24

    Inès avait finalement accepté… Et à présent, elle se demandait vraiment pourquoi elle l’avait fait. Elle se mettait en danger en le faisant, prenait le risque de se heurter à une réaction peut-être violente qui sait, qui lui ferait plus mal qu’autre chose. Bien évidemment, Lance ne l’aurait pas fait exprès, puisqu’il ne savait pas de quoi il en retournait, qu’il n’avait pas la moindre idée de la réalité des choses. A ce moment précis, alors qu’elle avait regagné la scène, un peu forcée étant donné que son professeur, l’y avait poussé, elle maudissait intérieurement le dénommé Casey. Ce garçon avait beau être un véritable amour, il avait parfois de très mauvaises idées ! Avec sa chance légendaire, il avait fallu qu’il la choisisse elle, et non l’une de ces autres filles, se comportant plus comme des fans, que des élèves… Ca lui apprendra à réagir plus vite, afin de prendre les bonnes décisions !

    Elle avait donc cédé, et attendait que Mr. Ainsworth ouvre le jeu… Ce dernier s’était retourné, plongeant la salle dans un silence total. Tous les regards étaient braqués sur eux, mettant presque Inès, d’ordinaire décontractée et sûre d’elle, mal à l’aise. C’était sans aucun doute dû au fait qu’elle n’avait non pas l’impression de jouer une petite impro’, mais simplement d’exposer aux yeux de tous un moment dit « privé », qui lui était réservé et qu’elle appréhendait plus que tout. La voix de Lance était grave, laissant paraître alors ce qu’il pouvait ressentir, et ça ne valait rien de bon. Le cœur de la brunette battait à tout rompre, elle ne savait pas à quoi s’attendre, mais tentait tant bien que mal de rester concentrée, afin de lui donner la réplique.


    « Ta fille. Je suis désolée de te l’annoncer ainsi… Entre deux portes… Je n’avais pas prévue de te le dire comme ça… C’est juste… C’est juste sorti sans que je ne le prévoie. Je suis désolée… Papa ? »

    C’était dit… Ce petit mot, commun à tant de gens et pourtant inconnu pour la jeune femme, venait de franchir la barrière de ses lèvres, dans une voix tremblante. Elle avait pourtant hésité à le dire, dans la peur que cela soit la goutte d’eau qui fasse déborder le vase. C’était le calme avant la tempête… Lance lui semblait trop silencieux, elle n’aimait pas ça. Il répondit, et de là Inès sentit qu’il était sur la défensive, se montrant presque agressif. Ce qu’elle redoutait le plus était annoncé, une étrange sensation, semblable à la panique, s’empara doucement d’elle. Elle perdait ses moyens, et le cachait comme elle le pouvait. Et le ton monta, Lance se mettant alors à hurler. La classe entière sursauta, et cela rajouta bien sûre une dose de stresse chez la jeune femme. C’était de plus en plus difficile de retenir toutes ces réelles émotions. Il l’a traitait de menteuse… Ce mot devait être le plus douloureux de tous… Dans la petite tête d’Inès, cela se traduisait par une sorte de : « Tu ne mérites pas cette place, tu n’es pas ma fille… ». Etant plus petite, voyant ses camarades et autres copines avec leurs pères, notre jolie brunette avait cru qu’elle n’avait pas assez été sage ou encore méritante pour avoir droit à cette présence paternelle. Au jour d’aujourd’hui, dans cette salle de cours, ces souvenirs lui revenait en pleine tête, avec ces quelques mots que venait de lui crier son père. Elle était blême, ne trouvant rien à dire, comme figer par la surprise et la peur. On pu alors lire sur son visage la tristesse, mêlée à une certaine déception, une part de colère aussi. Non pas contre cet homme, qui n’était autre que son « papa » ; mais contre elle-même, qui avait eut la bêtise de croire qu’une telle annonce pourrait être, peut-être, bien reçue…

    « Je… »

    Sa voix tremblante s’éteignit doucement, laissant place à un pesant silence. Inès avait finit par bouger, jouant nerveusement avec ses mains, comme pour s’occuper l’esprit et conserver sa concentration au sein de leur jeu. Mais rien à faire, elle perdait le fil de tout ça, et laissait une vague d’émotion s’emparer d’elle. Une larme roula sur sa joue… Les élèves du premier rang, dans une grande naïveté, pouvaient croire qu’elle était une excellente comédienne, pleurant même sur commande. Elle ne jouait plus, et ne supportait plus ces regards posés sur elle et son chagrin. Elle sécha cette goutte d’eau salée d’un revers de la main, et quitta la scène en courant, se dirigeant directement vers la sortie. Elle voulait fuir tout ça, fuir ce monde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance D. Ainsworth
Je m'intègre, je m'intègre. Les habitants de New Heaven ne sont donc pas insociables !
avatar

Féminin Nombre de messages : 196
Age : 28
Emploi/loisirs : Professeur d'Art Dramatique
Date d'inscription : 03/09/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: You Just Don't Know It   Dim 28 Sep - 16:33

« Une petite fille qui prononce le mot "papa" devrait être certain que Papa est un héros, un preux, et un père qui n'est pas capable d'apparaître ainsi aux yeux de ses enfants n'est pas digne d'être appelé Papa. »

[Emmanuel Carrère]



    À l'époque où Lance avait l'age de ses élèves il était déjà un acteur très demander, susitant la surprise parmis ses paires qui se demandaient comment un si jeune homme pouvait avoir une palette de jeu aussi vaste. Lance avait commencé sa carrière à l'age de dix sept ans lorsque qu'avec sa petite famille il avait enménagé à Londres. Lance avait une explication pour ce qui concernait son talent d'acteur, sa vie, sa triste et difficile vie, il avait grandit dans une famille sans amour, dans un foyer qu'il considérait simplement comme une maison pour ne pas dormir dehors, il n'avait rien de l'enfant d'une famille de roturiés, non, il ne voulait pas de cette vie là, il avait combattu son éducation pendant des années, et ce en secret, il s'était forgé un masque qu'il présentait à ses parents et son vrai « lui » semblait émergé qu'en dehors des murs du manoir. Enfin jusqu'à ce qu'il rencontre Lily Rose et qu'il tombe amoureux, le masque avait alors craqué et explosé. Voilà d'où lui venait son don pour l'art dramatique, il avait été pendant des années quelqu'un d'autre, aussi il était à présent facile pour lui de se glisser dans la personnalité d'un autre.

    Le plus drôle dans tout cela était qu'il gagnait sa vie grâce à ses parents et à leurs « valeurs ». Lance aimait joué, c'était toute sa vie, il aimait être sur scène et devenir un autre, il aimait se détaché d'une situation en imaginant comment il aurait joué cette scène dans un théâtre. A chaque fois qu'il grimpait sur scène, il avait l'impression que c'était la tout première fois. Lance était un acteur brillant, aussi pensa t-il qu'il y avait en Inès le même don que le sien, elle réagissait tellement « vrai », personne n'aurait pu se douté qu'elle « jouait » un rôle, on aurait dit qu'elle ne jouait pas, elle était son personnage, Lance n'avait jamais vu cela chez quelqu'un d'aussi jeune, et alors qu'il criait tel que l'aurait fait l'homme dans la peau de qui il s'était glisser, il cru un instant que son émotion était vrai, qu'elle réagissait vraiment à ses propos, mais c'était stupide. Elle jouait voilà tout, elle avait surement anticiper sa réaction lorsque sa voix s'était faite grondante... Ca ne pouvait qu'être cela, il sentit une profonde tristesse l'envahir qu'en il la vit se grissper, quand de multiples émotions apparurent sur son visage. Elle était si « vraie », si « crédible » que s'en était poignant.

    Lance n'imaginait pas un instant le mal qu'il faisait à Inès, il n'imaginait pas que ses mots la blessait au plus profond de son âme, et qu'elle n'avait jamais joué, qu'elle était elle depuis le début, Lance n'imaginait même pas qu'il avait une fille. Il continuait à joué son rôle, hermétique au mal qui faisait à la jeune fille, à sa fille.

    Elle semblait s'être figé, tétanisé par une émotion que Lance ne comprenait pas. Son immobilité n'était pas normale, Lance comprit que quelque chose se passait lorsque leurs regards se croisèrent pour la première fois. Il y avait quelque chose dans son regard, une douleur, un repproche qui n'aurait pas du s'y trouver.... Il vit aussi dans son regard de la déception, de la colère... Pourquoi ? Voilà ce qui semlait être inscrit dans les pupilles de la jeune fille « pouquoi me fais tu cela ? » ce fut au tour de Lance de se figer, cherchant dans le regard de celle qui était vraiment sa fille, une réponse à la question qui tournait à présent dans son esprit « pourquoi sembles tu si blessés Inès ? ». Sa voix trembla et s'éteignit, elle avait essayé de continué, de faire bonne figure mais n'y arriva pas, Lance n'entendit pas les murmures de ses élèves, il cherchait toujours dans le regard d'Inès ce qui était en train de se passer, mais il finit par détourné le regard lorsqu'une véritable larme coula sur la joue de la jeune fille. Lance eut soudainement une révélation, il s'était passé quelque chose sur cette scène qui avait blessé Inès, comme si son comportement... Il eut soudainement l'impression de se prendre un mur de brique en pleine tête. Inès ??? Lorsqu'il reprit pied dans la réalité la jeune fillel'avait déjà bousculé et se dirigeait vers la sortie en courant, la porte se referma sur elle.

    « Le cours est terminé... » Murmura t-il avant de prendre à son tour la direction de la porte. Qu'avait -il fait ?

    Le hall était désert lorsqu'il émerga de la salle de théâtre, les portes battantes du hall était toujours fermés. Où pouvait elle être aller ? Lance se mit alors à sa place, elle était triste, en colère, elle souffrait, à sa place il n'aurait pas pu affronté le monde extérieur, il se serait replié dans un endroit tranquille où il aurait été seul le temps de se resaisir. Il se décida alors à grimper dans les étages du batiment et de le fouiller. Dieu qu'avait il fait ?

    Lorsqu'il poussa la porte de la cage d'escalier du troisième étage, Lance su qu'il l'avait retrouvé, quelqu'un sanglotait, ce son se répercutait dans les couloirs, une boule se forma dans la gorge du professeur. Il s'approcha lentement et sans bruit, lorsqu'il discerna enfin sa silhouette dans la pénombre le noeud dans sa gorge se ressera douloureusement, elle pleurait, les genoux remontés contre la poitrine, le dos appuyé contre la porte métalique d'un casier, le visage enfouie contre ses genoux. Lance ne dit rien, il s'approcha d'elle sans rien dire, il s'assit au sol près d'elle, à quelques centimètres d'elle, il savait qu'elle avait sentie sa présence, mais elle ne bougeait pas. Lentement les théories se formaient dans le cerveau encore embrumé du professeur, il ne savait que penser de tout cela, il n'arrivait pas a comprendre ce qu'il ressentait. Il fit la seule chose qu'il pouvait faire, il passa un bras autour des épaules de la jeune femme et se contenta d'être près d'elle.


_________________

* Revelation Tonight }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://south-of-heaven.jdrforum.com
Inès L. Lowell
{ Nouvel arrivant, une visite de New Heaven ?
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 27
Date d'inscription : 06/09/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
82/100  (82/100)

MessageSujet: Re: You Just Don't Know It   Dim 5 Oct - 21:35

    Voilà… Ce qu’elle avait tant redouté venait de lui tomber sur le coin de la tête. Un refus, dans un cri poussé d’une voix froide, trop froide pour empêcher les larmes de couler. Elle avait beau avoir fait des efforts pour lui faire face, se répétant que cet homme, son père, était un excellent comédien, elle n’avait pas su affronter tout ça. Il lui avait fait peur, sa réaction si violente l’avait effrayé, et elle s’était retrouvée comme une enfant apeurée, face à ses craintes, ses doutes, ses cauchemars… Alors elle avait fuit. Qu’aurait-elle pu faire d’autre, alors qu’elle était figée par cette douleur qui lui avait transpercé le cœur ? La colère et la tristesse avaient guidé ses pas, et cela en direction de la sortie, qu’elle avait perçu comme un échappatoire, une issue de secours qui pouvait protéger ce qui avait été épargné de son cœur.

    Personne ne pouvait comprendre ce qui se passait, car personne ne savait ce qui s’était passé dans la tête de la jeune femme, personne ne pouvait avoir ne serait-ce une vague idée de ce qui l’avait frappé, telle une puissante gifle. Elle se maudissait d’avoir eut la naïveté de croire que tout se passerait bien, qu’elle gagnerait un père et non une douleur supplémentaire à ajouté à la liste qu’elle avait pu voir se former tout au long de sa vie. Ce père qui lui avait fait tant défaut, qu’elle avait tant désiré avoir, elle aurait peut-être dû le laisser où il était, l’oublier, vu la façon dont il percevait les choses. Elle n’avait pas cherché à comprendre ce qui se passait, elle se contentait seulement de courir, les yeux embués de larmes, tentant de trouver un quelconque refuge pour pouvoir pleuré sans se soucier du regard des autres, sans qu’on ne l’observe et que l’on se demande ce que cette pauvre fille avait.

    Elle ne se doutait pas que Lance avait mis un terme à son cours, et que désormais il arpentait les couloirs dans l’espoir de la trouver. Elle avait monté plusieurs étages… Combien ? Elle n’en savait rien, les escaliers semblant être interminables. Inès avait finit par se stopper, se réfugiant dans un coin isolé, plongé dans la pénombre… Elle se laissa glisser contre des casiers, sanglotante, ne s’efforçant plus de retenir en vain les larmes salées qui souillaient déjà ses joues. Jamais elle n’avait pensé que ça se passerait ainsi… Elle avait imaginé un tas de scénario, du plus féerique ou plus catastrophique, mais jamais elle n’avait pensé que cela se ferait sur une scène. Cet endroit qu’elle aimait tant, où elle se sentait si bien, si… Elle. Il avait vu alors la jeune comédienne tomber à terre, s’effondrer. A présent elle avait mal, et elle avait beau chercher à se calmer, rien ne semblait pouvoir l’apaiser. Si elle se risquait à penser à sa mère, son ange gardien, elle se retrouvait face au souvenir de cette dernière qui l’enlaçait avant son départ, qui l’avait conduit à la gare et n’avait pas cesser de lui répéter de croire en elle, de croire en ce qu’elle était et ce qu’elle désirait devenir. Ce qu’Inès avait toujours voulu, était d’être comme toutes ces petites filles, semblables à de vraies poupées, fragiles et délicates, dans le regard attendri de leur père. Tout l’inverse venait de se produire…

    A quoi bon continuer ? Pourquoi avait-elle fait tout cela… ? Qu’avait-elle fait pour mériter ça ? Sa naïveté semblait l’avoir bercé de belles et grandes illusions durant tout ce temps, et elle avait l’impression de s’être voilée la face en imaginant que la nouvelle serait bien prise. Elle s’était plantée en beauté apparemment… Ce qu’elle se sentait stupide !

    La porte de la cage d’escalier s’ouvrit, mais ce n’est pas pour cela qu’Inès bougea. Au contraire, elle eut même tendance à enfouir davantage sa tête tout contre ses genoux, resserrant l’étreinte de ses bras qui encerclaient ses fines jambes. Elle ne savait pas de qui il s’agissait, ça pouvait être un élève, comme un professeur, ou encore son père… Enfin Lance… Simplement Mr. Ainsworth ? Elle ne savait plus… Quand la personne s’avança vers elle, sans rien dire, et qu’elle s’installa à ses côtés, toujours dans cet étrange silence, Inès comprit que c’était lui. Il passa son bras autour de ses épaules… Ce geste, elle aurait pu le repousser, animée par une certaine forme de colère. Non pas contre lui, mais plus contre elle-même. Pourtant elle ne le fit pas… La petite fille avait pris le dessus sur la jeune femme forte et courageuse qu’elle pouvait être. Sa fragilité était remontée à la surface, elle avait besoin de réconfort, même s’il venait de la source de son mal être, de sa blessure. Elle se détendit légèrement, décrispant ses mains de ses bras, relâchant alors l’étreinte, pour finir par se laisser aller, se tournant quelque peu sur le côté, vers Lance. Elle se blottit tout contre lui, et tenta alors de se calmer, retenant les derniers sanglots. Tout cela se faisait naturellement, sans qu’elle ne se pose de questions. Elle n’en avait plus la force de toute manière… A présent dans les bras de son père, elle cherchait du réconfort, elle voulait qu’on l’apaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance D. Ainsworth
Je m'intègre, je m'intègre. Les habitants de New Heaven ne sont donc pas insociables !
avatar

Féminin Nombre de messages : 196
Age : 28
Emploi/loisirs : Professeur d'Art Dramatique
Date d'inscription : 03/09/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: You Just Don't Know It   Dim 5 Oct - 22:58

    Il y avait une chose que Lance faisait aussi bien que jouer la comédie, c'était être un père, il avait toujours été un très bon père de l'avis de tous, l avait consacré sa vie à ses enfants, durant vingt cinq ans il n'avait pas foulé les planches d'un théâtre et avait accumulé les travails provisoir afin de pouvoir s'occuper de ses enfants, bien sur la fortune familiale lui avait permis de leur payé à tous les trois des études dans de bonnes universités mais Lance s'était sacrifié pour eux, et ses enfants en avaient conscience aussi étaient ils très proche de leur père. Lance se considérait comme un bon père, il pensait qu'il avait réussit l'éducation de ses enfants et qu'il était là pour eux.

    Aussi lorsqu'il trouva la jeune fille dans le couloir ce fut son instinct de père qui réagit, il avait des soupçons concernant Inès à présent, mais peut être se trompait il sur son identité, peut être avait il simplement toucher là où cela faisait mal chez la jeune fille. Mais il l'avait blessé en jouant ainsi sur scène, la raison pour laquelle il l'avait blessé n'avait pas d'importance pour l'instant, il lui avait fait du mal c'était tout ce qu'il y avait a savoir. Son instinct paternel le fit réagir comme il l'aurait fait avec London, Lawrence ou Liberty, il s'installa au sol près d'Inès et la prit contre lui, passant simplement un bras autour de ses épaules, se contentant d'être là pour elle, au debut elle se crispa légèrement, Lance savait qu'il l'avait blessé, si elle l'avait repoussé il n'aurait pas insisté, se serait reculé légèrement et l'aurait laissé se calmer, mais elle ne le repoussa pas, bien au contraire, Lance sentit sa détresse et la boule qui oppressait sa gorge grossit, merde mais qu'avait il fait ?

    La réaction d'Inès le surpris, il sentit les larmes lui montées aux yeux, elle se relâcha complètement dans ses bras, pleurant en silence, elle avait arrêté de presser son visage contre ses genoux, Lance pu alors voir son magnifique visage ravagée par des larmes de tristesse et son cœur se serra douloureusement, elle avait pivoté légèrement sur le coté, se tournant lentement vers lui, sans pour autant levé les yeux vers lui, elle se blottit doucement contre lui, près de son coeur, se nichant entre ses bras, elle tentait de se calmer, il voyait qu'elle luttait contre les larmes, Lance enroula son bras autour de sa taille et la rapprocha doucement pour qu'elle s'appuie contre lui, il savait que bientôt les larmes rouleraient sur ses joues, des tas d'images se bousculaient dans sa tête : London, Sidney, la fusillade, le visage de son fils lorsqu'il lui avait tendu les alliances lors de la cérémonie, le visage ravagée par les larmes d'Inès, son regard douloureusement poignant lorsqu'elle avait levé les yeux vers lui sur scène... La vérité qui s'était imposée dans son esprit.

    Il la serra contre lui, massant doucement son dos afin qu'elle se calme comme il l'avait fait de si nombreuse fois à Liberty après que Lily Rose les eut quittés, il aurait aimé pouvoir sécher les larmes d'Inès, prendre sa peine, revenir en arrière et ne pas réagir comme il l'avait sur scène, il aurait aimé lui dire quelque chose, il aurait aimé trouvé les mots qui l'aurait rassuré, qui aurait panser ses plaies, mais il ne les trouvait pas. Elle était si fragile, si frêle entre ses bras, si légère contre sa poitrine. Ses larmes mouillaient à un rythme régulier la chemise que portait Lance. La boule dans la gorge du professeur d'art dramatique grossit un peu plus. Il la serrait contre lui, caressant maintenant doucement ses cheveux, il la sentait se détendre, se calmer, elle s'était relâchée contre lui. Lance ne disait toujours rien. Il se demanda si... Si elle pouvait être sa fille... Et si c'était le cas, si elle était sa fille ?

    Lentement une larme roula sur la joue du professeur, lui qui n'avait pas pleuré depuis la fusillade, depuis la mort de London, lui qui avait verrouillé sa peine au plus profond de son cœur... Et si Inès était sa fille ? Si le destin lui avait ôté un fils pour lui offrir une fille ? S'il avait manqué dix sept années de la vie d'une part de lui même ? Une autre larmes roula sur la joue de Lance, elle alla se perdre dans les cheveux bruns de la jeune fille, dieu qu'avait il fait ? Pourquoi avait il réagit ainsi sur scène... si elle était sa fille, elle avait du se sentir trahis, blessé.... Il avait blessé sa chaire et son sang... Il avait fait du mal à l'un de ses enfants... Quel monstre il était... Elle avait du attendre ce moment depuis si longtemps et il avait tout gâché, il avait brisé ses rêves, brisé quelque chose en elle, quelque chose qu'il ne pourrait surement jamais réparer...


    « Pardonne moi » Murmura t-il doucement. A présent il n'avait plus aucun doute, elle ne pouvait être que sa fille. Pourquoi aurait il trouvé cela si naturel de la tenir ainsi contre lui, de sentir son cœur battre au même rythme que le sien si elle n'était pas sa fille ?

_________________

* Revelation Tonight }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://south-of-heaven.jdrforum.com
Inès L. Lowell
{ Nouvel arrivant, une visite de New Heaven ?
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 27
Date d'inscription : 06/09/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
82/100  (82/100)

MessageSujet: Re: You Just Don't Know It   Lun 6 Oct - 21:45

    Il s’était assis prêt d’elle, sans un mot, et seuls les sanglots de la jeune femme résonnaient dans ce long couloir. Inès n’avait pas bougé, du moins jusqu’à ce qu’elle sente le bras de son père encercler ses fines épaules. Oui, elle aurait pu le repousser, refuser tout ce qui pouvait venir de lui suite à ce qu’elle avait dû encaisser. Elle aurait pu… Mais au fond de son cœur, aucune colère, toute aussi forte qu’elle soit, ne pouvait surpasser l’espoir qui s’y était installé. On disait souvent que la brunette était une grande optimiste. Décrivez-lui le monde en noir et blanc, et elle vous y ajoutera la couleur, apportera la chaleur qui lui manque tant… Là il s’agissait de son monde, son univers. Elle avait eu l’impression qu’il s’effondrait, emportant son cœur et le laissant dans les décombres. La couleur s’y était ternie, tout comme ses illusions, et cela s’était échappé à travers ses larmes.

    Sa réaction pouvait surprendre, certes… Mais elle était tellement naturelle. Lorsqu’elle se sentait mal, n’importe quelle enfant irait se réfugier dans les bras protecteur de son père, non ? N’importe quelle fillette se blottirait ainsi contre lui, demandant inconsciemment à ce qu’on la protège, qu’on l’apaise si ce n’est qu’on abrège sa souffrance. Inès le faisait, n’ayant pas oublié qui était cet homme à ses côtés, même si lui-même n’en avait pas conscience. Elle luttait contre ses sanglots. S’il y avait bien une chose qu’elle avait horreur, c’était de se montrer ainsi. Fragile, elle l’était et en avait parfaitement conscience, mais le monde extérieur n’avait pas besoin de le savoir. Elle se trouvait si naïve, si idiote aussi…

    Elle tentait de se calmer, sentant alors le bras de Lance s’enrouler autour de sa taille, la rapprochant contre lui. Un geste simple, mais qui représentait tant. Il ne devait pas s’en rendre compte, mais il faisait déjà beaucoup en la serrant dans ses bras. L’impression d’avoir été violemment rejetée semblait se dissiper légèrement… La jeune comédienne se calmait, reprenait ses esprits et son sens froid, les sanglots se stoppant et sa respiration reprenant un rythme plus posé. Elle voulait tellement que son chagrin s’envole aussi vite qu’il avait pu apparaître… Mais c’était bien trop dur, car la plaie était apparemment profonde. Elle avait cru que les années l’auraient renforcé, « blindé » comme elle le disait elle-même. Mais non, elle n’avait pas été si préparée que ça. Le silence régnait en maître, ni l’un, ni l’autre ne parlait… Peut-être n’en avaient-ils pas la force ou encore le courage ? Inès ne pouvait pas le faire pour sa part, car si elle tentait de s’adresser à lui maintenant, elle savait d’avance qu’elle retomberait, que les larmes ne sècheraient pas ainsi.

    Avait-il compris ? Pas sûr… Non pas qu’elle le pensait incapable de deviner cela, mais ce n’est pas tous les jours qu’une idée pareille vous traverse l’esprit, il faut bien l’avouer. Il ne lui suffisait pas de se mettre à pleurer pour dévoiler son identité à son père. Elle n’avait pas voulu débarquer dans sa vie, comme si de rien n’était, comme si cela était d’une évidence des plus banale. Elle avait pensé au fait qu’il ne veuille peut-être pas chambouler toute sa vie, son petit quotidien, avec l’arrivée d’une inconnue. Non, elle avait voulu s’établir en ville, mener sa propre vie, s’assumer, et seulement après lui dire qui elle était. Et puis elle s’était dit qu’en apprenant à le connaître, elle aurait pu adapter sa façon de lui présenter les choses. Mais là, sur cette scène de théâtre, elle avait perdu tous ses moyens, elle ne s’y était pas attendu, et la réaction était si… brutale.

    Elle qui avait placé tellement d’espoirs dans cette rencontre… Elle l’avait fait sans trop s’en rendre compte, et sa mère l’avait mise en garde pourtant. Comme si elle avait perçu que sa fille s’investissait bien trop dans cette recherche, qu’elle sombrait doucement dans une illusion trop féerique, trop belle pour être réelle. Mais elle n’avait pas pu empêcher cela pour autant. Comment refuser à sa douce enfant de connaître l’identité de son père, d’une partie d’elle-même ? C’est impossible… Elle avait finit par soutenir à deux cent pourcent sa fille, ne se rendant pas compte de l’éventualité qu’elle pouvait foncer tout droit dans le mur, et que ça allait faire très mal. Oh maintenant Inès pouvait en témoigner… Ca faisait atrocement mal.

    La jeune Lowell ne s’aperçu pas de l’état de Lance. Elle était loin de se douter qu’à son tour il fléchissait, et laissait alors couler sur ses joues de fines larmes. Elle savait tout ce qui s’était passé dernièrement dans la vie de son père, puisque beaucoup de monde en parlait encore dans l’enceinte du lycée. La fusillade, la perte d’un fils… Et pour elle d’un frère. Le fait de ne jamais le connaître l’avait beaucoup peiné. Certes il n’était qu’un inconnu pour elle, mais cela l’avait affecté, car il s’agissait de quelqu’un de sa famille. Elle qui en avait toujours rêvé, à peine arrivait-elle en ville pour changer les choses et dans l’espoir de ne plus avoir ce sentiment si pesant de solitude, qu’elle apprenait qu’elle venait de perdre un de ces membres. Sans avoir eu l’occasion de parler avec lui, de rire avec lui, de tout simplement partager un peu de temps avec cette personne, avec son frère…

    Inès était à présent concentrée sur les battements de son cœur, qu’elle tentait de synchroniser avec ceux de son père. Reniflant doucement, elle avait cessé de pleurer. Enfin les larmes roulaient sur ses joues dans le silence le plus total, et elles se voulaient moins régulières. Inès reprenait le dessus… Finalement la voix de Lance rompit ce silence ; il s’excusa. De quoi ? Il n’avait pas pu deviner qu’il allait la blesser en réagissant ainsi. Elle se recula très légèrement, puis releva le visage vers lui. Ses yeux habituellement soulignés d’un simple trait de crayon noir, semblaient à présent souillés, creusant alors son regard, faisant ressortir ses yeux rougis par la tristesse. Elle allait parler, du moins c’est ce qu’elle semblait vouloir faire, entrouvrant légèrement la bouche sans que le moindre son s’en échappe. Elle fixa Lance, plongeant son regard dans le sien le temps de quelques secondes, puis elle passa ses bras autour du cou de son père, l’enlaçant tendrement… Il n’y avait rien de plus à dire, n’est-ce pas… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance D. Ainsworth
Je m'intègre, je m'intègre. Les habitants de New Heaven ne sont donc pas insociables !
avatar

Féminin Nombre de messages : 196
Age : 28
Emploi/loisirs : Professeur d'Art Dramatique
Date d'inscription : 03/09/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: You Just Don't Know It   Mar 7 Oct - 20:28

    Sur scène lorsqu'il l'avait vu réagir ainsi Lance n'avait pas tout de suite penser qu'elle pouvait être sa fille, après tout quelle personne seine d'esprit aurait aussitôt penser, c'est ma fille vu qu'elle réagit avec autant de sincérité ? Personne. Non c'était maintenant qu'il comprenait, que le chemin se faisait dans son esprit, que l'idée s'insinuait en lui, il remarquait les cheveux bruns comme ceux de Lawrence et London, des yeux chocolats identiques aux siens, cette petite fossette sur la joue droite... Elle ressemblait tellement à Lance que sa crevait les yeux, comment n'avait il pas pu la remarquée ? Et son nom... Lowell... C'était difficile a avoué mais tellement de femmes étaient passés dans son lit en vingt ans, difficile de se rappeler de tous leurs noms et prénoms... Dieu avait il eut une fille avec l'une d'entre elle ? Mais quelle femme pouvait raisonnablement privé un homme de son enfant durant vingt ans ??? Lance avait été un bourreau des coeurs ses vingts dernières années, mais il n'était pas un salop, si l'une de ses conquêtes étaient revenues vers lui enceinte, il aurait été présent pour elle et pour cet enfant, il n'était pas un lâche il prenait ses responsabilités lorsque cela était nécessaire.

    Inès était sa fille, il ne doutait plus à présent, la façon dont elle se blottissait contre lui, le regard qu'elle posait à présent sur lui, la réaction qu'elle avait eut de le prendre dans ses bras, elle ne pouvait être que sa fille, ce ne pouvait pas être autre chose. Lance la serra contre lui, s'imprégnant de son odeur, respirant son parfum, gravant ses traits dans son esprit. Une fille il avait une fille. Quelle drôle de sens de l'humour avait le destin, on lui volait un fils et lui renvoyait une fille. Une fille... Il avait une fille. Il lui faudrait un peu de temps pour se faire à l'idée même si son comportement avec elle était déjà celui d'un père. Il la serra dans ses bras, savourant ce contact, celui de sa fille contre lui. Depuis combien de temps n'avait il plus serré l'un de ses enfants contre lui ? Depuis combien de temps ne s'était il pas sentit aussi naturel en présence de quelqu'un, les larmes roulaient encore sur ses joues sans qu'il s'en aperçoive, le contre coups de l'émotion sans doute. Dieu, il avait une fille...

    Inès ne pleurait plus, elle se serrait simplement contre lui, ses bras enroulés autour de son cou, jamais Lance n'avait éprouvé un tel sentiment de bonheur, tout du moins pas depuis la naissance de Liberty, il se découvrait père à nouveau, père d'une fille qu'il ne demandait qu'a connaître. Mais avant, il avait besoin d'être sur, il avait besoin de l'entendre de sa bouche, d'obtenir confirmation qu'il ne rêvait pas éveillé, qu'elle était bien sa chaire et son sang. Aussi se détacha t-il de l'étreinte qu'elle lui donnait et la regarda dans les yeux, ils avaient tous les deux séchés leurs larmes, mais les yeux d'Inès étaient souillés par le maquillage, Lance sourit attendrit et de son pouce effaça les dernières traces de larmes sur le visage de sa fille, elle esquissa un sourire et Lance crut voir London, elle avait le même sourire que lui.

    « J'ai besoin que tu le dises... » Murmura t-il, mais pourtant sa voix se propagea en écho dans tout le couloir. « J'ai besoin de te l'entendre dire... D'être sur que je ne rêve pas... Est ce que... Est ce que je suis ton père ? »

    Sa voix était mal assurée, hésitante même, il avait peur de mettre des mots sur ce qu'il envisageait, peur qu'elle ne brise ce petit espoir en lui, cette vague de tendresse qu'il ressentait pour celle qu'il pensait être sa fille, il avait simplement besoin qu'elle lui confirme, qu'elle lui dise « je suis ta fille », il avait besoin de l'entendre pour que son angoisse s'envole.

    La vie était vraiment étrange, Lance l'acceptait en quelques minutes comme étant sa fille, mais lorsqu'une semaine plus tard Sidney lui annonça qu'elle voulait un enfant de lui, Lance se braqua, peut être parce qu'Inès était là, réelle, que son avenir s'ouvrait à elle, qu'il ne l'avait pas éduqué, qu'il n'avait dont pas peur d'avoir fait les mêmes erreurs qui avaient entraînés la mort de son fils. Qui sait, quoi qu'il en soit, Lance se sentait renaître, quelque chose de mort en lui remua doucement. Très doucement. Inès serrait elle celle qui ramènerait à la vie le coeur de Lance qui avait cessé de battre en Mai dernier ?


_________________

* Revelation Tonight }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://south-of-heaven.jdrforum.com
Inès L. Lowell
{ Nouvel arrivant, une visite de New Heaven ?
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 27
Date d'inscription : 06/09/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
82/100  (82/100)

MessageSujet: Re: You Just Don't Know It   Dim 2 Nov - 17:16

    Difficile de parler dans une telle situation. Tout d’abord la peine et le chagrin avait fait naître dans sa gorge une boule, un nœud si serré que le moindre son en était stoppé et éteint. Puis il y avait eut un brin d’hésitation. Inès se demandait ce qu’elle pouvait dire alors à son père, qui s’excusait… De quoi ? Elle n’en savait rien… Car à ses yeux il n’avait pas de raison de le faire. C’était plutôt à elle d’être désolée, de demander pardon. C’était elle qui débarquait dans sa vie, comme ça, sans rien dire, le laissant dans l’ignorance la plus totale.

    A présent tout contre lui, elle ne pleurait plus… Encerclée par ces bras protecteur, elle s’était calmé, comme apaisée par sa présence. Il semblait si présent, alors que sur cette scène il s’était montré si froid et distant. Oui, il était acteur, il jouait la comédie certes… Mais les meilleurs comédiens puisaient ces émotions dans un certain vécu, réfléchissaient à la façon dont ils réagiraient dans une telle situation. Inès n’avait pas pu s’empêcher de confondre le jeu et la réalité, de rester ancrée dans sa propre histoire. A présent, elle réalisait bien le fait qu’elle ne s’était pas assez préparer à cette confrontation, elle n’avait pas prévu que la réaction pouvait être si violente.

    Alors qu’elle plongeait son regard dans celui de Lance, ce dernier vint effacer les dernières larmes qui perlaient sur ses joues souillées de noir. Elle esquissa un très léger sourire, à la fois timide et hésitant, puis finit par l’enlacer. A sa question, le sourire de la miss s’accentua légèrement, alors qu’elle resserrait doucement son étreinte. Il avait besoin de l’entendre d’après ce qu’il disait… Il voulait être sûr de ne pas rêver… Car c’était un rêve ? Inès sembla bloquer quelques instants sur ces mots, si simple mais qui représentait tant. Il ne devait pas se rendre vraiment compte de ce qu’il venait de dire, ou du moins de l’impact que cela pouvait avoir sur elle. Elle ne se recula pas, préférant rester tout contre lui, tout contre son père, dans cette étreinte rassurante. Et c’est d’une toute petite voix mal assurée qu’elle murmura doucement :


    « Je… Je suis ta fille. »

    Voilà c’était dit… Et c’était moins difficile qu’elle avait pu l’imaginer… Peut-être parce qu’elle savait qu’il s’en doutait, que ce n’était plus une grande révélation, qu’il attendait simplement une réponse. Elle ne savait pas si elle se devait d'ajouter quelque chose, ou si au contraire elle devait se taire. Elle opta pour la seconde solution, c'était préférable. Elle ne voulait pas briser ce moment avec des mots inutiles... Son petit coeur s'en sentait comme soulagé, elle ne ressentait plus ce poids; elle s'en était libéré. Tout allait se calmer maintenant ? Tout ira pour le mieux ? Elle n'en savait rien et ne se posait même pas la question. Pour l'instant elle profitait juste de cet apaisement...

    [Bouh... ->{} ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance D. Ainsworth
Je m'intègre, je m'intègre. Les habitants de New Heaven ne sont donc pas insociables !
avatar

Féminin Nombre de messages : 196
Age : 28
Emploi/loisirs : Professeur d'Art Dramatique
Date d'inscription : 03/09/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: You Just Don't Know It   Lun 3 Nov - 0:39

    Elle était sa fille, Lance se mit doucement à sourire alors qu'elle se serrait contre lui, il ne savait pas quoi dire, tel père telle fille comme on dit. Il hésitait, il ne savait pas si ses mots seraient justes ou s'ils exprimeraient ce qu'il ressentait au fond de lui. Il la serra a son tour contre lui, s'imprégnant du parfum de ses cheveux, il avait une fille, une fille de 17 ans. Wahou... Il cherchait dans son esprit, avait il connu, se rappelait il aurait été plus juste de cette femme a qui il avait donné un enfant ? Lowell ?? Ce nom ne lui disait rien, dix sept ans, c'était long et entre temps il avait oublié celle avec qui il avait eut des relations plus poussées... Bon certes ce n'était pas vraiment le genre de chose a dire à sa famille « tu sais je ne me rappel pas de ta mère, elle n'était qu'une femme un soir » ce n'était pas vraiment ce que s'attendait a entendre une jeune fille partit à la recherche de son père. Que pouvait il dire ? Il avait peur de briser cet instant.4

    « Tu as les mêmes yeux que tes... Ton frère... » murmura t-il au bout de quelques minutes a la regardé. C'était vrai, elle avait les mêmes yeux que Lawrence mais aussi les mêmes que son de London, un sourire triste étira les lèvres de Lance, mais il l'effaça bien vite.
    Lowell, Lowell, Lowell, ce nom tournait et retournait dans son esprit sans que le moindre visage ne s'impose à lui. Lance pensa soudainement à quelque chose, une question qu'il devait posé à sa fille, une question qui ne s'était pas imposer tout de suite à lui car jamais ses enfants n'étaient vraiment partit de New Heaven sans l'avoir prévenu.


    « Inès... Est ce que ta mère sais que tu es là ? » Demanda t-il doucement. « Je veux dire... Je ne sais pas si enfin... Si elle savait que tu venais ici... Je ne sais même pas quel rapport vous entretenez mais... si elle ne sait pas que tu es là tu devrais peut être l'appeler et lui dire que tu es en sécurité... Je veux dire. » Lance bafouillait, le grand comédien, l'acteur de renom, bafouillait comme un gamin, cela le fit rire, il se mit à rire tout doucement. « Tu dois te dire que je suis pitoyable... Je suis désolé... je crois bien que je suis nerveux... » Il tenta d'arrêter de rire mais il ne le pouvait pas, il se trouvait tellement comique a bafouiller comme un collégien, lui le père de quatre enfants... « Je crois que tu n'as pas tiré le bon numéro à la lotterie du père de l'année.... »

    Il s'arrête soudainement net de rire, réalisant ce qu'il venait de dire... Et si elle avait déjà un père... Si elle voulait simplement le connaître... De quel droit se proclamait-il « son père », elle devait pensé qu'il l'avait abandonner, qu'il avait fuit... Peut être ne savait elle pas que Lance n'avait jamais soupçonner son existence... Que lui avait dit Neela ? NEELA ? Il se souvenait... Neela, lors de sa visite à New York... Neela Lowell... Il se souvenait de cette nuit passé ensemble son « je prend la pilule » lui revint alors à l'esprit... Merde, qu'avait elle dit à Inès... Et si la jeune fille était simplement venu à la recherche de son géniteur, pas d'un père, si elle avait simplement voulut comprendre pourquoi il n'avait pas été là pour elle. Il se dégagea légèrement de son étreinte.

    « Je suis désolé Inès... Je... Enfin je ne voulais pas dire ça... Je suppose que ta mère...Enfin que tu as déjà un père... Je ne veux pas le remplacer... Enfin j'aimerais juste avoir au moins la chance de te connaître... Je ne veux pas m'imposer dans ta vie si tu n'en as pas envie... Je... Enfin » Et voilà il bafouillait à nouveau, mais qu'est ce qu'il avait ce soir à ne pas trouver ses mots et à s'embrouiller ainsi ?

_________________

* Revelation Tonight }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://south-of-heaven.jdrforum.com
Inès L. Lowell
{ Nouvel arrivant, une visite de New Heaven ?
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 27
Date d'inscription : 06/09/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
82/100  (82/100)

MessageSujet: Re: You Just Don't Know It   Mar 25 Nov - 21:42

    A la remarque de Lance, la jolie brunette ne pu s’empêcher de sourire, très légèrement. Ses frères… C’était étrange d’entendre ces mots, une toute première fois, elle qui s’était cru fille unique. Etrange certes, mais tellement plaisant et agréable. Comme si d’un seul coup tout prenait forme, l’abstrait de sa vie laissant place à du concret, grâce aux paroles de son père. Des frères, une famille en quelques sortes. Elle n’avait jamais eu à se plaindre de l’amour et de l’affection qu’on lui avait toujours porté durant son enfance, étant plus choyée et chérie qu’une bonne majorité des enfants chanceux d’avoir à leurs côtés leurs deux parents. Sa mère l’avait couvert d’amour, sans compter et Inès lui en avait toujours été reconnaissante, comme si elle s’était efforcée de combler le manque affectif qu’avait pu créer l’absence de son père. Elle le lui avait d’ailleurs dit, quand la jeune fille avait entamé ses recherches pour le retrouver : elle s’en était toujours un peu voulu d’avoir privé son enfant de son père.

    Puis vint forcément la question concernant sa mère, et le fait qu’elle soit ici. Interrogation inévitable, non ? Du moins elle l’avait toujours inséré aux scénarios qu’elle avait pu se faire avant d’arriver en ville. Elle hocha positivement la tête, laissant son sourire s’accentuer doucement sur ses fines lèvres rosées. Il s’embrouillait, et le voir ainsi bafouiller l’amusait. A vrai dire, elle l’avait toujours vu très sûr de lui, prononçant avec précision le moindre de ses mots, avec une articulation parfaite, et surtout formant des phrases complètes. Il se mit à rire, et Inès garda son regard posé sur lui, tentant d’immortaliser cette image au plus profond de sa mémoire. Pitoyable ? Non… Jamais elle n’aurait été capable de penser une chose pareil, et surtout de lui. Elle en avait suffisamment appris à son sujet durant ces nombreuses heures de cours, découvrant un professeur et un art, mais aussi un homme. Et elle l’admirait… Elle ne connaissait pas grand-chose de sa vie en réalité, rien de son passé… Mais elle appréciait l’homme qu’il était.


    « C’est pas grave… Je le suis tout autant… » -dit-elle suivit d’un petit rire, confirmant alors son aveu.

    Qu’importe le numéro qu’elle avait pu tiré, elle était ravie… Sa réaction la toucha énormément, voyant alors qu’il pensait à elle, à ce qu’elle pouvait ressentir, à la portée de ses mots… Son père ? Elle avait un beau-père, mais depuis quelques années seulement, et elle avait donc toujours su ce qu’il en était. Sa mère lui avait expliqué dès qu’elle avait été en âge de le comprendre, souhaitant être des plus honnête et claire avec sa fille. Inès avait grandit sans père, certes, mais sa vie était loin d’être finie, et elle avait donc pris la décision de le retrouver, de le rencontrer. L’entendre alors lui dire qu’il ne voulait pas s’imposer dans sa vie la fit sourire de plus belle.


    « Je viens de retrouver mon père… -répondit-elle simplement à ses excuses. Plus question pour lui de croire qu’il pouvait prendre la place de quiconque, plus qu’elle lui était attribuée. Elle reprit alors, de sa voix posée : Enfin… S’il veut de moi. C’est à moi de tenir un tel discours… C’est moi qui débarque comme ça, et je ne veux pas m’imposer. »

    Il voulait apprendre à la connaître… Rien ne pouvait plus plaisir à Inès à ce moment même, entendre son père dire qu’il voulait d’elle, qu’il voulait en savoir plus sur elle, partager et échanger… Démarrer une relation père/fille… La relation qui avait tant manqué à cette adolescente. Elle l’enlaça de nouveau, les larmes aux bords des yeux, menaçant à nouveau de couler sur ses joues… Des larmes de joie cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lance D. Ainsworth
Je m'intègre, je m'intègre. Les habitants de New Heaven ne sont donc pas insociables !
avatar

Féminin Nombre de messages : 196
Age : 28
Emploi/loisirs : Professeur d'Art Dramatique
Date d'inscription : 03/09/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: You Just Don't Know It   Jeu 27 Nov - 0:39

    Elle se peletonna contre lui répondant qu'elle avait retrouver son père, enfin s'il voulait d'elle. Lance sourit et lui rendit doucement son étreinte, étrangement cela lui paraissait déjà naturelle d'avoir sa fille dans ses bras, sa fille, sa petite fille. Il sourit et la relâcha en douceur. Une fille, il avait une fille, une jeune fille brillante, jolie comme un cœur, drôle, pleine de vie, et elle avait l'âme d'une artiste. Oui pour le don en théâtre il n'y avait pas de doute elle tenait de lui. Il avait remarqué son "don" bien avant ce soir, il avait d'ailleurs remarquer que Casey, son fils de scène, avait beaucoup critiquer la jeune fille lors de leur séance privé lorsqu'ils parlaient de ces camarades, Lance se rappelait de son premier rival à Londres, il se rappelait de sa réaction.

    "Bien sur que je veux de toi Princesse... Maintenant que je sais qui tu es, comment voudrais tu que je te laisse partir sans même apprendre à te connaître ?" Il caressa doucement sa joue et lui sourit. "Tu ne t'imposes pas... Au contraire je crois que tu es arrivés au bon moment Inès... Il faudra que je trouve comment l'annoncer à ton frère et à ta sœur, ainsi qu'a Sidney... Mais ne t'en fais pas, ils seront ravis de te connaître" Il essuya les larmes qui perlaient au coin de ses paupières et lui fit un clin d'œil malicieux.

    "Et si je t'emmenais boire quelque chose de chaud, après tout c'est de ma faute si des larmes coules de tes jolies yeux ! Et je l'avoue... Ton cher père adore.... Le chocolat chaud.." Murmura t-il sur un ton de conspirateur. Ok Lance ne se prenait pas au sérieux et tentait de la faire à nouveau sourire même s'il savait que ces larmes n'étaient plus des larmes de tristesse, mais bel et bien des larmes de joie.

    Il se releva et lui tendit les mains, elle posa ses mains dans les siennes et il la tira doucement sur ses pieds. Lance relâcha ses mains et se remit à sourire. Il réfléchissait en même temps, il savait que le café a côté du lycée était encore ouvert pour deux bonnes heures, passant un bras autour des épaules de sa fille il fit un pas dans le couloir...

[...]


    Lance revint vers la table à laquelle ils avait déposés leur affaires, il déposa un chocolat liégeois et un muffin au chocolat devant sa fille et un café liégeois et une part de tarte au chocolat devant lui, il s'installa confortablement sur sa chaise et prit le temps de détaillé Inès qui prenait une gorgée de son breuvage. Par quoi pouvait il commencé ? Que lui dire ? Que lui demander ?

    « Je crois que tu as surement des questions à me poser... Enfin surement des plus urgentes que les miennes... » Il se frotta la nuque l'air gêné. « Je suis désolé Inès, je ne suis pas sur de faire cela comme il faut, j'espère que je ne gâche pas trop tes espoirs concernant notre rencontre.... »

_________________

* Revelation Tonight }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://south-of-heaven.jdrforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You Just Don't Know It   

Revenir en haut Aller en bas
 
You Just Don't Know It
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Hell - Another Heaven :: • New Heaven's Streets • :: Ledford High School :: Salles de classe-
Sauter vers: