AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lawrence G. Ainsworth

Aller en bas 
AuteurMessage
Lawrence G. Ainsworth
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.
avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 04/08/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
32/100  (32/100)

MessageSujet: Lawrence G. Ainsworth   Mer 13 Aoû - 22:52

Lawrence G. Ainsworth


    NOM : Ainsworth
    PRENOM(S) : Lawrence - Gregory
    DATE & LIEU DE NAISSANCE : 27 ans – Né à New-Heaven
    NATIONALITE : Américain
    PROFESSION : Anciennement auteur-compositeur
    ADRESSE : Baron's Field
    GROUPE : Got to Be
    AVATAR : Jensen Ackles


C'est parti !

    C'est écarlate et en nage que Lawrence se présenta au guichet pour prendre son billet, il ne conduisait plus depuis longtemps et avait le tramway jusqu'ici, tramway habituellement à l'heure, mais qui -cette fois- ne s'était jamais pointé, obligeant Law a battre un record olympique de course sur le bon kilomètre qui le séparait de la gare. Le jeune homme était clairement pressé et ne se gênait pas pour montrer son agacement, mais malgré tout, le guichetier, un immense blond aux yeux vert, continuait à le provoquer en prenant tout son temps, ses gestes étaient si lent qu'il semblait capable de s'endormir à tout instant. Lorsque le viking lui tendit enfin son billet, Law lui arrachait des mains et repartit en courant, à deux doigts de la syncope il arriva sur le quai... Vide. C'est alors qu'une rage indescriptible s'empara de lui et il projeta le sac qu'il trimbalait depuis chez lui à terre avant de faire de même avec son précieux billet qu'il écrasa à plusieurs reprises d'un pied rageur tout en l'engueulant copieusement. Ce train aurait dû l'amener à l'aéroport où il devait prendre un avion pour Chicago. Là-bas il devait rencontrer une jeune chanteuse folk intéressée par ses textes, elle commençait à connaître un bon succès et aurait pu ouvrir quelques portes à Lawrence qui désespérait de voir que sa carrière ne décollait pas. Son avion était précisément dans 38 minutes et le prochain dans plus de deux heures, beaucoup trop tard pour rencontrer la chanteuse qui serait déjà repartie on-ne-sait-où pour profiter de quelques vacances bien méritées. Le pire dans tout ça, c'est qu'elle lui avait précisé plusieurs fois qu'elle n'avait pas beaucoup de temps pour le rencontrer et que louper ce rendez-vous revenait à remettre leur entrevue à plusieurs mois.
    Recevant le coup-de-pied de trop, son sac se déchira tout le long de la couture et déversa sur le quai tous les vêtements de son propriétaire, ne lui épargnant pas l'humiliation de voir ses caleçon - pas toujours franchement sexy - étalés devant une foule de voyageurs hilares. Ramassant ce qu'il restait de sa dignité, Lawrence sursauta en entendant ce bruit horrible que font les trains en entrant en gare, cet espèce de klaxon aigu. Le train n'était pas déjà parti, il était simplement en retard.

    "New Heaven, 3 minutes d'arrêt."


    La jeune chanteuse venait de quitter le pub ou elle s'était installée avec Lawrence pour parler ''affaires'', en réalité, ils avaient plutôt passé deux heures à flirter gentiment jusqu'à ce que le manager de Corey - un nom étrange il est vrai - interrompe la conversation de New-York, non pas grâce à ces super-pouvoir mais plutôt à cette merveilleuse invention appelée téléphone portable. Avant ce coup de fil, Law était très sérieusement persuadé qu'elle repousserait son départ d'au moins un jour pour passer la nuit avec lui, sans doute avait-il surestimé son sex-appeal puisqu'après avoir raccroché, la jeune femme se leva et tout en enfilant sa femme elle se contenta de lui dire qu'elle utilisera trois de ses textes dans son prochain album et que le reste se ferait par l'intermédiaire de son manager. Sur ce, elle sortie sans rien ajouter laissant un Law debout, la bouche grande ouverte de surprise.
    "Vous désirez quelque chose?"
    Sursautant, Lawrence se rendit compte qu'un serveur s'était planté devant lui et le regardait avec insistance. Le jeune homme devait à peine être majeur, mais pourtant il se permettait de regarder son client de haut, un air hautain collé au visage. S'asseyant sur ses fantasmes de nuits torrides avec une belle chanteuse brune, il commanda une bière tout en se promettant de ne surtout pas donner de pourboire au petit con qui le servait et peut-être bien de lui faire un croche-pied quand il passerait à porté. Après tout, il l'avait bien mérité. Non ? Alors qu'il se frottait les mains, une sourire dément aux lèvres, ricanant déjà de ce qu'il s'apprêtait à faire subir à ce petit serveur, son téléphone vibra soudainement dans sa poche et sur l'écran bleuté il vit clignoter un prénom bien connu, celui d'une amie de longue date des Ainsworth et qui refusait de comprendre tous les sous-entendu et de prendre au vol toutes les perches que lui lançait Lawrence.
    "Allô? Ah! Alors? Comment c'est là-bas?"
    « Ah ben même pas un bonjour, ni un comment tu vas, franchement j'vais commencer à me vexer Shelby ! » A l'autre bout du fil, Shelby ricana trop contente de le provoquer, de toute façon elle savait pour le connaître depuis l'adolescence, qu'il ne se vexerait pas. Ce qu'elle ne savait pas en revanche, c'est que même s'il le voulait, il serait incapable de lui faire la gueule. C'était idiot et d'ailleurs lui aussi trouvait ça complètement stupide, mais il n'avait cessé de l'aimer depuis le lycée sans jamais réussir à lui avouer quoi que ce soit. Elle, de son côté, semblait le considérer comme un ami ou pire, comme un frère. Après tout son meilleur ami n'était autre que London, le frère de Lawrence, qui de plus était homosexuel, et comme elle ne s'était jamais imaginé qu'il se passerait quoi que ce soit avec London, elle avait naturellement transposé cet état de fait sur son frère jumeau : Lawrence. Qui – soit dit en passant – est devenu depuis quelques temps déjà, celui qu'elle vient voir pour se faire consoler de ses amours perdus.


    "Pourquoi vous ne venez pas danser?"
    Un petit sourire au coin des lèvres et les yeux brillant, il tendait la main à une très belle jeune femme tout en prononçant ces quelques mots. La petite blonde au ventre arrondit par le petit être qu'elle portait lui rendit son sourire et se leva pour accorder cette danse au père de son enfant. Dans deux jours aurait lieu un grand événement chez les Ainsworth, un mariage, et pas n'importe lequel, celui du patriarche, Lancelot et de sa nouvelle femme, Sidney. Aujourd'hui ce n'était que la répétition de la réception, enfin, elle était sur le point de se terminer et seule une petite poignée d'amis et de membres de la famille était encore présente. La sono continuait à jouer même si personne ne faisait attention à la musique, même Shelby et Lawrence dansant au centre de la pièce, tendrement enlacé, ne l'entendait plus. Voilà plusieurs mois qu'ils se voyaient, aux balbutiements de leur relation ils n'osèrent rien dire au clan Ainsworth, étrangement cette révélation leur paraissaient inapproprié après tant d'année d'amitié strictement platonique. Malgré quelques quiproquo, cette situation n'était pas vraiment désagréable, en tout cas pas aux yeux de Lawrence qui trouvait le fait de se voir en cachette et de se glisser des petits mots discret à l'oreille parfaitement excitant. Shelby tomba d'ailleurs très vite enceinte malgré tous leurs efforts et n'envisageant même pas l'avortement, ils furent bien obliger de cracher le morceaux. Bien qu'au début l'idée d'avoir un enfant avait tendance à lui provoquer des aigreurs d'estomac, Lawrence se fit vite à l'idée de devenir père et maintenant que l'accouchement approchait, il avait de plus en plus de mal à cacher son excitation pour ne pas dire son hystérie.
    Sentant Shelby lasse, il lui proposa de rentrer, ce à quoi elle répondit d'un simple hochement de tête, rester debout toute la journée devenait de plus en plus difficile voir même impossible. Tout le monde se dit au revoir et encore une fois une foule de mains se pressèrent contre le ventre de la future mère, 'pour se donner chance' disait-il, Lawrence quant à lui trouvait ce rituel plutôt bizarre et s'empressa de pousser sa femme vers la sortie pour éviter qu'elle n'étouffe face à toutes ces sollicitations. Certes, elle était magnifique enceinte, mais il faut avouer que Law' regrettait parfois son corps pré-grossesse et toutes les contorsions dont elle était capable au lit. En la regardant marcher vers la voiture un instant bien précis lui revint en mémoire, il devait avoir 15 ans à tout casser et désirait déjà la meilleure amie de son frère qui passait presque sa vie au manoir Ainsworth. Ce jour-là, London était à la cuisine en train de se faire à manger et Lawrence passait dans le couloir de l'étage se dirigeant vers l'escalier attiré par l'odeur quand il entendit du bruit dans la chambre de son jumeau. N'étant pas sûr de qui se trouverait à l'intérieur, il ne jeta qu'un coup d'oeil rapide et vit Shelby retirer son soutien-gorge, il resta quelques secondes immobile, incapable de détourner le regard de cette fille en train de se changer. Puis, réalisant ce qu'il faisait, il disparut en courant dans le couloir, dévala les escaliers et alla s'aérer l'esprit en faisant un tour de vélo de près de deux heures. Après sa petite séance de voyeurisme, il ne pu regarder Shelby en face sans devenir écarlate pendant plus de deux semaines.
    Jusqu'à présent, il ne lui raconta jamais qu'il l'avait vu ce matin-là et ne le fera probablement jamais, depuis le temps qu'il gardait ça sous silence, cet épisode faisait partie intégrante de son jardin secret. Souriant en revoyant la scène, il fut brusquement sorti de ses pensées par le bruit d'une portière qui claque, comme lui, tous s'en allait, mais quelque chose clochait, Shelby n'était plus à côté de lui. A de doigts de paniquer, Lawrence fit un tour complet sur lui-même et plissa les yeux au possible pour lutter contre sa faible myopie qu'il se refusait à traiter lorsqu'il l'aperçu enfin près de London en train de discuter tranquillement. Elle avait dû s'esquiver quand il vérifiait que le coffre de la voiture contenait bien leur tenu pour le mariage qu'ils avaient récupéré dans la journée.

    "Oui, c'est un endroit tranquille par ici."
    C'est tout ce qu'il capta de leur conversation en s'approchant, embrassant sa famille, il saisit la main de Shelby et s'éloigna un sourire encore collé aux lèvres, sans s'imaginer une seule seconde l'horreur que serait ce mariage.

_________________

LES BEBES C'EST UNE
HORREUR CA POSE UNE
PECHE, CA BRAILLE EN
REPOSANT UNE PECHE
PIS CA POSE UNE PECHE EN
REBRAILLANT...


Dernière édition par Lawrence G. Ainsworth le Lun 18 Aoû - 1:05, édité 25 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence G. Ainsworth
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.
avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 04/08/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
32/100  (32/100)

MessageSujet: Re: Lawrence G. Ainsworth   Mer 13 Aoû - 22:52

After Hell. Another Heaven.
    Assit dans le fauteuil qu'il n'avait presque pas quitté depuis son réveil, Lawrence observait les deux barres parallèle qui lui faisaient face, d'un air songeur. Le thérapeute lui expliquait avec force de détails comment il devait se servir de ses bras pour avancer en essayant tant bien que mal de faire fonctionner ses jambes. Il était épuisé, les cernes noires sous ses yeux était la preuve la plus voyante de cette fatigue qui l'envahissait un peu plus chaque jour, il n'en pouvait simplement plus de toutes ces séances de rééducations. Malgré tout il se hissa hors de son fauteuil, s'appuyant sur ses bras il se souleva en agrippant les barres, le voilà maintenant debout, ses jambes, molles, pendaient lamentablement et à cet instant précis il eut vraiment peur que les médecins aient raison, peut-être ne récupérait-il jamais tout à fait, peut-être même était-il condamné à vivre dans ce fauteuil qu'il maudissait depuis plus de deux mois. Serrant les dents et ne laissant rien transparaître de ses émotions, il usa de toute sa volonté et de toutes ces forces pour bouger ses membres inférieurs, tellement lourd qu'ils semblaient lestés de plombs. La moindre tentative de mouvement le faisait souffrir, une douleur sourde s'étendait dans son dos, lui enserrait les poumons et lui donnait des crampes dans les épaules.
    « Soufflez M. Ainsworth, respirez sinon ça ne sera que plus difficile » Lança le kiné, un grand sourire qui se voulait réconfortant aux lèvres. Comme une pompom girl à un match de foot, il était près de son patient et l'encourageait constamment en s'extasiant devant le moindre de ses progrès. S'il n'avait pas les bras occupés, Lawrence lui aurait bien fait sauter deux ou trois dents d'un coup-de-poing en pleine face pour lui faire un peu ravaler tous ses discours pleins de bonne volonté. Battre ses médecins n'étant pas vraiment conseillé il se contenta de lâcher un grognement entre ses dents et recommença. Encore et encore. Voilà bien cinq longues minutes qu'il s'acharnait à oublier la douleur pour avancer, mais, couvert de sueur et tremblant il pensait être là depuis des heures. Sa jambe droite bougeait, elle montait lentement de quelques centimètre avant de redescendre. Puis ce fut au tour de son pied gauche. Ses bras, seul à supporter tout son poids, pour l'instant, tremblaient comme des feuilles.
    « Allez y, vous y êtes presque, appuyez-vous sur vos jambes, doucement, ne forcez surtout pas, vous faites déjà des progrès remarquables ! » Dit le thérapeute de sa voix efféminée, en battant des mains comme s'il voyait un enfant faire ses premiers pas. Gagné - bien malgré lui - par l'enthousiasme de son médecin, Lawrence transféra doucement son poids sur ses jambes, un éclair de douleur le frappa soudain au milieu du dos et le transperça de part en part. Hurlant, il s'effondra.

    Lawrence regardait les cachets qu'il avait disposés sur la tablette devant lui, parfaitement alignés, du plus gros au plus petit, les antalgiques et antidépresseurs ressemblaient à des bonbons, plus précisément à ces bonbons au citron qu'il adorait grignoter. Ça faisait des mois qu'il n'en avait pas mangé, de toute façon, depuis son réveil, il ne faisait qu'essayer de marcher à nouveau, rien d'autre. Il refusait même les visites et n'essayait même pas d'avoir de nouvelles de sa famille. Tous devaient être effondrés par la disparition de London, il aurait dû être la pour les aider, pour les épauler mais il ne se sentait pas la force de supporter la tristesse d'autrui tant que lui-même n'avait pas fait son deuil. Voilà déjà quatre mois que son frère était mort et il n'arrivait toujours pas à l'accepter, le seul moyen qu'avait trouvé le psychiatre qui le suivait était de le bourrer d'antidépresseurs pour éviter un geste malheureux. Habituellement cette médication était accompagnée de nombreuses séances de psychanalyse ou même de groupe de paroles mais Lawrence était fermement opposé à cette idée qu'il trouvait ridicule. Il ne comprenait pas l'intérêt d'aller raconter ses malheurs à un ou plusieur inconnus, surtout quand ceux-ci vous lancent des regards larmoyant plein de compassion alors qu'ils ne pourront, de toute façon, jamais comprendre ce que vous ressentez.
    Un cachet, une gorgée d'eau. Un cachet, une gorgée d'eau. Un cachet, une gorgée d'eau...

    Maintenant allongé sur le côté dans son lit, il attendait le sommeil tout en le redoutant, ces nuits étaient - depuis sa sortie du coma - peuplées de cauchemars. Souvent il revivait le mariage comme s'il y était, les éclats de rire, la musique, les verres de champagnes qui s'entrechoquent, tout lui revenait en mémoire, et puis les cris, la panique, les coups de feu. Son frère tombant, la douleur qui irradia son propre abdomen et le craquement sinistre dans son dos quelques secondes plus tard. Dans les ténèbres qui commençaient à voiler ses yeux il vit Shelby se jeter prêt de London, elle était effondrée, pleurant et hurlant sa tristesse. Il aurait voulu l'appeler, lui demander ce qui se passait, lui demander de l'aider lui aussi, il voulait lui crier de se mettre à l'abri, de ne pas risquer sa vie et celle du bébé. Il aurait voulu lui dire tant de choses mais déjà il perdait connaissance. Toujours dans ses cauchemars, il se réveillait dans une pièce immaculé, entouré de médecins à la face monstrueuse qui lui disait, de leur voix grinçante, que sa moelle épinière avait été endommagée et qu'il devait s'estimer chanceux même s'il ne récupérerait probablement jamais totalement ses capacités motrices. Alors, il se réveillait en sueur, le coeur battant à se rompre, et cherchait bêtement une présence rassurante à ses côtés...

    ... Shelby, mais elle n'était jamais là, et pour cause, il refusait de la voir. D'abord, il ne s'en sentait pas le courage et puis le temps passant, il ne savait plus comment réagir, il avait peur de sa réaction face à son abandon. Qu'elle soit en colère, qu'elle lui en veuille, serait tout à fait normal mais il avait peur de ne pas supporter un rejet.
    Par la fenêtre filtrait - comme tous les soirs - la lumière blafarde d'un lampadaire de la cour de l'hôpital, celle-ci éclairait le téléphone en lui donnant une lueur irréelle. Devait-il l'appeler ? Certes, il était tard mais peut-être ne lui en tiendrait-elle pas rigueur... Non, il risquait de réveiller le petit. Son propre fils qu'il ne connaissait pas, chaque jour il se demandait à quoi pouvait-il bien ressembler, il l'imaginait avec les magnifique yeux bleu de sa mère et son sourire. Il irait les voir, dès qu'il pourrait rentrer chez lui, bientôt, il en faisait la promesse et c'est ainsi qu'il ferma les yeux, se sentant - pour la première fois depuis longtemps - un peu moins seul
    .

Always Heavenly.

    Jetant tout de même un regard méfiant de ses grands yeux bleue à son père, Joshua se laissa manipuler sans tenter une fois de plus, d'échapper aux bras paternel. Lawrence lui lança d'ailleurs un grand sourire plein de fierté, il venait - pour la première fois - de changer une couche de son fils sans incidents majeur comme les dernières fois et pour couronner le tout, il l'avait fait seul et sans paniquer. Il connaissait pourtant bien ce geste pour avoir changé plusieurs fois les couches de sa nièce avant le mariage, mais depuis la fusillade il avait tendance à perdre les pédales pour un rien. C'est ainsi qu'il avait plusieurs fois appelé Shelby pour lui demander - à moitié hystérique - comment s'attachait ces foutues couches. C'est dans ces moments qu'il regrettait particulièrement qu'ils se soient séparé et n'habite pas sous le même toit pour élever leur fils ensemble. Mais les choses avaient changé maintenant, Lawrence avait été volontairement absent depuis trop longtemps, Shelby devait prendre le temps de lui faire à nouveau confiance et lui devait se reconstruire avant d'envisager une relation poussée avec qui que ce soit.
    Gardant un oeil sur le bambin, il enfila une 'poche kangourou', en tout cas c'était ainsi qu'il appelait ce système ingénieux puisqu'il n'en connaissait absolument pas le nom véritable. Comme toujours, il vérifia que tout était solide en tirant dessus comme un forcené avant de prendre Joshua sous les aisselles et de le caler à l'intérieur, dos à lui de façon à ce qu'il regarde devant. Le bébé, qui avait l'habitude d'être transporté ainsi, ne broncha pas une seule seconde et semblait même plutôt content de balancer ses petites jambes dans le vide. C'était le seul moyen que Lawrence avait trouvé pour sortir avec lui ou même simplement se déplacer dans le manoir tout en le surveillant. D'une certaine façon, lorsqu'il était en fauteuil roulant 24h sur 24, c'était bien plus simple, il trouvait toujours un moyen de caler l'enfant sur ses genoux avant de l'attacher à lui avec le premier truc qui passait, mais depuis qu'il utilisait majoritairement des béquilles pour l'aider à marcher, les choses s'étaient un peu compliquée. En réalité c'était Shelby qui avait eu cette formidable idée quant elle le vit débarquer chez elle, Joshua dans un sac à dos que Lawrence portait sur sa poitrine à la place de son dos, le haut du sac était bien entendu ouvert et la tête du bébé - qui semblait bien s'éclater soit dit en passant - en dépassait sans problème. Malgré tout elle avait faillit en faire un arrêt cardiaque et avait ordonné à Lawrence d'acheter 'une poche kangourou'.
    D'ailleurs, il y avait déjà 20 minutes que son week-end de garde s'était terminé et il s'apprêtait à sortir quand son téléphone sonna, il n'eut même pas besoin de regarder l'écran pour savoir qui était à l'autre bout.
    « Oui Shelby, on arrive, t'inquiète pas, de quoi tu as peur ? Je risque pas de l'enlever le petit, de toute façon j'irais pas bien loin avec deux pattes folles » Il raccrocha et bien malgré lui, un léger sourire illumina son visage, il allait voir Shelby et même s'il se refusait à l'admettre, ça lui réchauffait le coeur.


Vous

    SEXE : Non merci ça va aller
    AGE : 21 ans
    SERIE(S) FAVORITES: X-Files power ! HIMYM, Dr House, Stargate SGC, entre autres
    SERIE(S) DETESTEES: Le destin de Lisa, OTH et bien d'autres
    GENRE MUSICAL FAVORI : Un peu de tout
    NOTE POUR LE DESIGN ? SIDDDD' je t'aimeuuuh --> []
    NIVEAU DE RP ? Mouarf, je sais pas moi
    DISPONIBILITE : 3-4 jours par semaine
    COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Heu...
    VOTRE REGLE FAVORITE :
    Spoiler:
     
    VOTRE REGLES DETESTEE :
    Spoiler:
     

_________________

LES BEBES C'EST UNE
HORREUR CA POSE UNE
PECHE, CA BRAILLE EN
REPOSANT UNE PECHE
PIS CA POSE UNE PECHE EN
REBRAILLANT...


Dernière édition par Lawrence G. Ainsworth le Lun 18 Aoû - 10:23, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shelby C. Donohue
Forget the past. Try to hide scars. Search some hope.

avatar

Nombre de messages : 186
Age : 30
Date d'inscription : 03/08/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
45/100  (45/100)

MessageSujet: Re: Lawrence G. Ainsworth   Sam 16 Aoû - 20:17

    Te dire bienvenue serait superflu je pense .... xD
    Je vais donc simplement dire que j'ai hâte de lire ta fiche !
    Et je file rédiger notre RP -->

_________________


    Take my hand tonight, let's not think about tomorrow.
    Take my hand tonight, we could find some place to go.
    Cause our hearts are locked forever, and our love will never die.
    Take my hand tonight, one last time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://always-heavenly.forumactif.org
Lawrence G. Ainsworth
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.
avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 04/08/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
32/100  (32/100)

MessageSujet: Re: Lawrence G. Ainsworth   Lun 18 Aoû - 1:06

Tu peux te faire plaisir, j'ai terminé. Par contre j'ai changé le secret pour quelque chose d'un peu plus léger, j'en ai fait un petit pervers Razz

_________________

LES BEBES C'EST UNE
HORREUR CA POSE UNE
PECHE, CA BRAILLE EN
REPOSANT UNE PECHE
PIS CA POSE UNE PECHE EN
REBRAILLANT...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bert Ainsworth
New Heaven ? Je connais la ville comme le fond de ma poche ...


Féminin Nombre de messages : 306
Age : 35
Emploi/loisirs : Magnat
Date d'inscription : 08/08/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Lawrence G. Ainsworth   Lun 18 Aoû - 1:20

    Parfaite cette fiche. Bien écrit, émouvant... Tu as même rajouté un "Always Heavenly" qui ouvre sur notre nouvelle version! Non, franchement, c'est parfait.

    Citation :
    SEXE : Non merci ça va aller

    Ça, les règles et la chanson de ta troisième partie sont la cerise sur le gâteau. :Coeur:

    PS: Oh et le petit Larry qui se rince l'œil. lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence G. Ainsworth
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.
avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 04/08/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
32/100  (32/100)

MessageSujet: Re: Lawrence G. Ainsworth   Lun 18 Aoû - 23:30

Hihi, merci Embarassed

_________________

LES BEBES C'EST UNE
HORREUR CA POSE UNE
PECHE, CA BRAILLE EN
REPOSANT UNE PECHE
PIS CA POSE UNE PECHE EN
REBRAILLANT...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shelby C. Donohue
Forget the past. Try to hide scars. Search some hope.

avatar

Nombre de messages : 186
Age : 30
Date d'inscription : 03/08/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
45/100  (45/100)

MessageSujet: Re: Lawrence G. Ainsworth   Lun 18 Aoû - 23:47

    Raaaaah cette chanson [Somewhere over the rainbow] :plo:

    Je kifouille ta fiche chouuuu <3
    Mais quel pervers ce Law', quand Shelby apprendra ça je donne pas cher de sa peau ! Parce que oui elle l'apprendra, on ne cache pas grand chose à cette petite bonne femme xD

_________________


    Take my hand tonight, let's not think about tomorrow.
    Take my hand tonight, we could find some place to go.
    Cause our hearts are locked forever, and our love will never die.
    Take my hand tonight, one last time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://always-heavenly.forumactif.org
Lawrence G. Ainsworth
{Candidat à l'élection du rang le plus débile.
avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 04/08/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
32/100  (32/100)

MessageSujet: Re: Lawrence G. Ainsworth   Lun 18 Aoû - 23:51

Oooh bah c'est pas bien méchant, il a pas vu grand chose, surtout que depuis Shelby lui en a volontairement dévoilé beaucoup plus Very Happy. Pis chuuut c'est un secret, il ne lui en parlera jamais Wink

_________________

LES BEBES C'EST UNE
HORREUR CA POSE UNE
PECHE, CA BRAILLE EN
REPOSANT UNE PECHE
PIS CA POSE UNE PECHE EN
REBRAILLANT...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lawrence G. Ainsworth   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lawrence G. Ainsworth
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Hell - Another Heaven :: • Le Point "Informations" • :: Déménagements :: Résidents-
Sauter vers: