AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Madame est Servie {PV}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bert Ainsworth
New Heaven ? Je connais la ville comme le fond de ma poche ...


Féminin Nombre de messages : 306
Age : 34
Emploi/loisirs : Magnat
Date d'inscription : 08/08/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Madame est Servie {PV}   Sam 23 Aoû - 23:46

Lundi 13 Août
New Heaven, New Hampshire, USA



    Georgina Falk était une des meilleures architectes d’intérieur de la côte est des Etats-Unis. Des appartements de 5th Avenue aux maisons cossues des Hamptons, Georgie – comme elle aimait se faire appeler par ses clients fortunés – s’était faite une réputation pour son bon goût, son flair pour dénicher des petits trésors et sa façon de s’adapter à toutes les conditions et à toutes les personnalités. Une telle flexibilité n’était jamais innocente. Une fois bien vue par ses clients, elle parvenait à tout leur imposer (les plus beaux meubles, les matières les plus précieuses et les décorations les plus rares) afin de pouvoir ressortir avec le plus gros chèque. En arrivant aujourd’hui au Baltimore Inn, elle crut pouvoir se reposer sur ces dites qualités mais ce fut avant sa rencontre avec la propriétaire des lieux...

    - --- pour du velours. Mais avant de poursuivre Libby, je veux vous dire qu’on ne peut pas se permettre de mettre du vert ici, ça ne va pas avec la couleur du planché. Ici on va mettre des fauteuils, de l’autre côté il y aura une armoire, une très belle armoire, Bert, je vous le promets, tout droit du Tibet. Le bois est très bien travaillé, il a une belle couleur ; c’est très élégant. Pour les murs, j’ai pensé à du papier peint inspiré d'un authentique panneau chinois du XVIIIème siècle, avec des motifs d’animaux, d’arbres et de fleurs… Ca donnera une vraie ambiance à la pièce. En particulier avec le reste des meubles. Oh et des vases Bert, de très beaux vases avec de très beaux motifs. Il y en aura un ici, juste en dessous du ---

    - Tina! interrompit la jeune femme. TINA ! Est-ce que tu peux m’apporter le ketchup s’il-te-plait ? Il n’y a pas de ketchup sur mes œufs. Merci. Désolée, vous disiez ? Des vases ?

    - Euh oui, des vases… De la dynastie Qing, de très belles couleurs qui iront très bien avec ---

    - Ouais, ouais… Très bien. Ca va me coûter combien ? demanda-t-elle brusquement, tout en étalant tranquillement le ketchup que venait de lui apporter son assistante sur ses œufs sur le plat. Mmm ?

    Adossée à l’encadrure de la porte, Bert Ainsworth prêtait plus attention à son petit déjeuner qu’à la femme qu’elle venait d’embaucher. Passer pour une femme d’affaires improvisée, écervelée et foncièrement incompétente, ne lui faisait pas peur. En effet, elle jouait le rôle à merveille. Cooper Godfrey, le petit génie du business qu’elle avait cueilli de New-York, s’était longtemps exaspéré par son apparent manque de professionnalisme. Elle avait pris l’habitude, par exemple, de quitter les réunions d’affaires pour aller jouer au golf ou prendre des leçons de pilotage. Mais ce que les gens tendent à ignorer, c’est que cette indifférence qu’elle aime affecter n’est qu’une façade, une manière déguisée pour elle de se payer la tête de ceux qui oseraient se montrer un tant soit peu arrogants face à son comportement de yankee un peu beauf.


    - Je – Erm – Je-Je vous demande pardon? répliqua une Georgina mal à l’aise.

    - Le prix ? La thune ? Le blé ?

    - Eh bien. Je - Enfin, ce n’est pas ma façon de travailler. Je pense que c’est mieux lorsqu’on ne parle d’argent « tout de suite ». On ne peut pas mettre un prix sur l’inspiration et ---

    - Non vous allez m’écouter, Georgia-Bella-Salsa. Nous avons deux mois pour refaire toute l’auberge. A côté de ça, j’ai une maison de disques à gérer et une procédure de divorce à entamer. Je mentirais si je vous disais que j’ai tout mon temps. Bien. Maintenant revenons à nous moutons ; ça va faire quoi ? 1 heure que nous sommes dans cette minuscule pièce ? Où j’ai passé tout ce temps, debout, ici, à vous écouter sortir des mots à rallonge pour décrire un fichu coussin ! Je m’en contrefiche si le tapis est sorti des fesses d’un lama blanc ou si les rideaux ont une qualité picasso-esque, parce que ce n’est pas en me noyant dans votre diarrhée de paroles – comme vous devez le faire avec vos autres clients - que vous allez réussir à m’extorquer plus que ce qui a été convenu. Me suis-je bien faite comprendre ?

    - Oui. dit-elle amèrement.

    - Parfait. Tina s’occupera de vous. Je vais me resservir du bacon. Ces œufs sont parfaits. Oh et à votre sortie, n’oubliez pas de prendre le cidre. C’est un produit de la région. Au revoir!

    Oui, Georgina Falk pensait savoir s’y faire avec ses clients mais aujourd’hui elle trouva enfin une adversaire à sa taille. S’il y avait une chose qui insupportait Liberty Ainsworth, c’était d’être baratinée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taylor Kingsley
Je m'intègre, je m'intègre. Les habitants de New Heaven ne sont donc pas insociables !
avatar

Féminin Nombre de messages : 54
Age : 27
Localisation : : New Heaven :
Emploi/loisirs : : Gérante du Exhibit Hall :
Date d'inscription : 12/08/2008

NEW HEAVEN'S BOOK
Relations:
J'aime New Heaven:
90/100  (90/100)

MessageSujet: Re: Madame est Servie {PV}   Dim 31 Aoû - 16:43


      « Oui, je vais bien.... Mais non, la maison est superbe.. Oui, je te jure... Non ça va, les habitants sont plutôt sympas... Oui, d'accord, on se voit dimanche... Au revoir Maman. »


    Le manque, l'absence.
    Taylor était partie comme une voleuse finalement. Elle avait prit ses bagages, avait donné quelques coups de fil ici et là, pour s'assurer que la maison qu'elle allait occuper était disponible, et avait appellé quelques personnes, histoire de se fixer une bonne fois pour toute avant de s'aventurer ici. Elle avait pris ses vêtements, des souvenirs, des photos de famille, quelques bouquins, et tous ses vinyls. D'ailleurs, certains d'entre eux ne devraient plus tarder. Les jours qui allaient suivre seraient surement destinés au rangement de ceux-ci. Elle aimait écrire à ses amis restés là-bas. Elle les rassurer, mentionnant que tout allait bien, qu'elle se remettait au café petit à petit, qu' Imogen Heap ne devrait plus tarder à mettre les pieds à New Heaven pour donner un concert, et que les pâtisseries de la Queen Victoria Avenue sont les meilleures. A chaque fois, elle recevait une réponse rapidement, où été demandé des nouvelles plus fréquentes, et des retour aux sources moins rares. Cela demandait à la pauve Taylor des allers et retours incessants entre les deux ville, assez loin l'une de l'autre. Chicago est plutôt loin par rapport à New Heaven. Elle préférait de loin téléphoner, ou envoyer des e-mails chaque jour en maintenant le contact d'une manière plus simple.

    Taylor aimait bien se retrouver face à son ordinateur, près d'une lampe qui illuminait la pièce à petit feux. Un café noir, bien sucré, dans un mug verdâtre offert pour ses 25 ans par ses parents. Elle aime se retrouver face à une page blanche 'virtuelle', et taper soigneusement sur les differentes touches qui ornent son clavier. De là, elle laisse parler ses doigts pour elle, en déployant tout ce dont elle a envie de dire. Il est évident que tous les moments de doute qui peuvent la poursuivre son enfouis dans sa tête, ne voulant pas affoler une fois de plus sa famille qui pourrait arriver le lendemain dans la gare de la ville. De toute façon, Taylor se sent assez grande pour prendre soin d'elle. Elle ne pense pas que faire rammener toute la famille dans les contrées nord du pays pourrait faire changer grand chose. De toute façon, la seule chose qu'elle puisse se dire, c'est tout simplement, qu'il y a toujours plus pire que soi.

    Ce matin là, Taylor s'était levée aux aurores, comme à ses habitudes. Elle se regarda dans le mirroir, et prit presque peur. Elle avait une tête de déterrée, comme si elle avait la gueule de bois. Bien qu'elle ait pu quelques verres de vin hier soir, elle ne se sentait pas plus saoul que ça. Mais, en se levant, elle sentit l'effet de l'alcool, qui n'avait pas été bien digéré visiblement. Elle arriva dans la cuisine, et ouvrit les volets. Elle fut aveuglée par la lumière du soleil qui s'imposait peu à peu sur la ville. Les premiers rayons sont les plus forts, c'est le cas de le dire. La cafetière fut mise en route, et la jeune femme eut le temps d'essayer de se reveiller avant de faire n'importe quoi, ayant la gueule vraiment en vrac. Elle se servit son café, et regarda le ciel. Encore une belle journée qui allait se déroulait ici, loin de tout, loin des siens.. Mais, il fallait faire avec.
    Elle finit son café, et s'alluma une cigarette. En prenant une première bouffée, elle réfléchit au programme de la journée. Elle avait quelques trucs à faire l'après midi uniquement, ce qui lui laissait le temps de faire ce qu'elle voulait la matinée.
    Taylor finit par partir se doucher, et se prépara à sortir. Ce n'est pas une fille qui prend autant soin d'elle que beaucoup de femmes de son age. Elle aime prendre son temps pour se préparer lorsqu'elle est conviée à un évènement, certes, mais fait le strict minimum lorsqu'elle n'a rien de spécial à faire.

    La porte de la maison était à présent fermée à clé, et la jeune femme emboita le pas. Elle se mit à admirer une nouvelle fois les differents espaces verts qui bordaient les demeures de Baron's Field. La mairie devait certainement miser assez pour rendre ses jolis massifs aussi jolis. Elle se mit alors à parcourrir quelques rues de la ville, où elle put croiser bon nombre de personnes. Elle remarqua que les petits commerces commençaient déjà à ouvrir. Certains responsables la regardaient bizarrement, certainement étonnés de voir une fille aussi matinale que cela. Mais, elle n'y prit pas plus attention.

    Taylor arriva à la hauteur de Madelaine Street, une rue assez connue dans le coin, et qui s'avère être très longue. Beaucoup de personnes empreintent cette rues, tout simplement pour admirer les differents monuments qui l'ornent. Les habitants de cette voie ne sont également pas déçus du calme qui persiste, jour comme nuit. Bien qu'elle soit très connue, cette rue est plus que respectée. C'est un espace de la ville très bien entretenue, ce qui ravit les gens du quartier.
    La jeune femme s'arrêta devant la façade d'une auberge tout a fait charmante. Elle n'y avait jamais mis les pieds, et se demanda comment était l'intèrieur. Elle ne se fit pas attendre, et entra. Il n'y avait pas grand monde à vrai dire, et tenta de ne peut pas se faire remarquer. Il est bien normal que lorsqu'on rentre dans un café, un bistrot, ou magasin où il n'y a pas grand monde, la moindre personne qui y entre est tout de suite remarquée.
    Taylor s'installa à une table, impatiente de gouter à leur café maison...


[HJ : Je m'excuse du retard.. J'espère que ce post te conviendra en tout cas.. Smile]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Madame est Servie {PV}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Chapelet de Madame Adjoubei
» MADAME R
» POUR NOTRE CHERE MADAME DUPUY !
» La voix est libre sur FR3 / Madame le Recteur : ch'tis et autres, A VOIR.
» Discernement du cas de Madame Ryden

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Hell - Another Heaven :: • New Heaven's Streets • :: Madelaine Street :: Baltimore Inn-
Sauter vers: